• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

SERIE. Mai 68 par ceux qui l'ont fait : Aimé Halbeher

Aimé Halbeher, secrétaire général de la CGT Renault-Billancourt en 1968. / © France 3
Aimé Halbeher, secrétaire général de la CGT Renault-Billancourt en 1968. / © France 3

Cette semaine, la série de notre 19/20 donne la parole aux témoins de mai 68. Il y a 50 ans, Aimé Halbeher était secrétaire général de la CGT Renault-Billancourt.

Par P.S.

A l'époque où Aimé Halbeher était secrétaire général de la CGT Renault-Billancourt, l'usine était surnommé "la forteresse ouvrière", 30 000 personnes y étaient salariées.

"Dès qu'il y avait un événement politique qui se passait en France ou dans le monde, ça avait des répercussions et ça faisait bouger Billancourt", se souvient celui qui est entré dans l'usine à 14 ans, comme apprenti ajusteur.
SERIE. Mai 68 par ceux qui l'ont fait : Aimé Halbeher
Cette semaine, la série de notre 19/20 donne la parole aux témoins de mai 68. Il y a 50 ans, Aimé Halbeher était secrétaire général de la CGT Renault-Billancourt. Reportage : Fernando Malverde, Nedim Loncarevic

9 millions de salariés dans la rue

Les événements de 68 commencent début mai par les mobilisations étudiantes et les affrontements du quartier latin. Après la nuit des barricades et la violence de la répression, les syndicats ouvriers entrent en scène. "Si un mouvement a en quelques jours concerné 9 millions de salariés, ça veut dire qu'il y avait un problème, pas seulement une histoire d'étudiants blessés ou emprisonnés. Il y avait un contentieux. Une accumulation de mécontentements très forts concernant le social", estime-t-il.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus