La ville de Levallois condamnée pour avoir rejeté une tribune de l'opposition

La commune de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, a été condamnée pour avoir refusé de publier dans le magazine municipal une tribune de l'opposition, qu'elle estimait diffamatoire. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La mairie de Levallois-Perret avait jugé le texte "diffamatoire" et refusé de le publier dans le magazine municipal "Info Levallois". Une tribune rédigée par le groupe divers droite, dirigé par Arnaud de Courson, principal opposant au maire LR Patrick Balkany a été jugée comme n'ayant "aucun caractère diffamatoire" par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. Conséquence : la mairie devra publier un encart dans le prochain numéro du journal municipal, mentionnant la décision.

LIRE aussi : Patrick Balkany condamné pour diffamation de son adversaire

"Un palais à Marrakech"

Dans le texte litigieux, le groupe divers droite s'étonnait notamment que la société d'économie mixte d'aménagement de Levallois, Semarelp, dirigée par la première adjointe de la commune et épouse du maire, Isabelle Balkany, ait "renoncé à exiger 15 millions d'euros au Cheikh Al Jaber, pourtant condamné à les verser depuis 2011".

Les élus municipaux d'opposition notaient que cet entrepreneur saoudien "est mis en examen pour des versements à hauteur de 5 millions d'euros ayant permis d'acheter un palais à Marrakech, aujourd'hui saisi par la justice française car ses principaux utilisateurs seraient les époux Balkany".

Jugement attendu sur le fond

Un jugement sur le fond doit encore être rendu par le tribunal administratif. L'avocat de la commune de Levallois-Perret n'était pas disponible pour commenter la décision, lundi après-midi, rapporte l'AFP. De son côté, Arnaud de Courson a déclaré que "Patrick Balkany n'est pas au-dessus des lois. Il se croit tout permis. Les lois s'appliquent à Levallois comme partout en France".