Cet article date de plus de 4 ans

Législatives : Arnaud de Courson investi par Les Républicains pour briguer la circonscription de Balkany

Arnaud de Courson (DVD) a été investi par Les Républicains (LR) dans la circonscription du député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany, dont il est le principal opposant.
© JACQUES DEMARTHON / AFP
C'est une décision "débile", selon Patrick Balkany, qui soutenait un autre candidat, son adjoint François-Xavier Bieuville. La 5e circonscription des Hauts-de-Seine (Levallois-Perret, Clichy), réputée acquise à la droite, faisait l'objet d'intenses convoitises depuis plusieurs mois. Patrick Balkany, qui la tenait depuis 2002, avait annoncé fin juin son renoncement à briguer un quatrième mandat, en vertu de la loi sur le non-cumul des mandats.

Bieuville sera quand même candidat

"Ca ne change rien au problème: Bieuville sera candidat", avec le soutien de "toute la majorité municipale", a asséné l'édile. C'est "un homme né à Levallois, ancien préfet, ancien énarque et ancien magistrat qui méritait l'investiture et méritait de me succéder" sur les bancs de l'Assemblée, a souligné l'élu sarkozyste.

Ce désaveu de LR, Patrick Balkany estime le devoir aux "hautes sphères fillonistes qui se défendent en ce moment comme elles peuvent", a-t-il raillé, faisant allusion à la tourmente actuelle dans laquelle est pris François Fillon. La commission nationale d'investiture de LR, "mise en place par (le filloniste Jean-François) Lamour, a décidé de faire la peau à un certain nombre de sarkozystes", estime-t-il en effet, s'étonnant que celle-ci ait pu investir son "opposant qui n'a jamais été Les Républicains, ni même UMP, ce qui est tout à fait étonnant".

Arnaud de Courson, ex-lemairiste passé dans le camp Fillon, le parti LR a voulu adresser "une réponse forte à cette volonté de renouvellement que les Français appellent de leurs voeux". Les électeurs de la circonscription "réclament d'être représentés avec dignité", a-t-il appuyé, en référence à peine voilée aux déboires judiciaires de Patrick Balkany, mis en examen notamment pour corruption passive, fraude fiscale et blanchiment.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections législatives élections les républicains