Variant britannique : dépistage massif à Fontenay-aux-Roses, après Bagneux

Alors que Bagneux a prolongé son opération de dépistage massif, lancée suite à l’identification d’un cas de variant britannique du virus, la ville voisine de Fontenay-aux-Roses met en place à son tour un dispositif similaire, de mercredi à samedi.

Des tests PCR (illustration).
Des tests PCR (illustration). © PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

L’inquiétude montait parmi certains habitants depuis l’annonce, jeudi dernier, d’un cas de variant britannique du coronavirus à Bagneux (Hauts-de-Seine). La commune voisine de Fontenay-aux-Roses a ainsi décidé d’organiser cette semaine un dépistage massif, par mesure de précaution.

L’opération, gratuite et sans rendez-vous, va prendre place pendant quatre jours, via des tests PCR : du mercredi 13 au vendredi 15 janvier, de 9h à 12h et de 14h à 17h ; et le samedi 16 janvier de 9h à 13h. Le tout est organisé au gymnase Jean Fournier (situé au 7 rue des Potiers).

La mairie indique que la présentation d’une carte vitale et d'une pièce d'identité est demandée. Aucune condition particulière n’est demandée pour se faire tester.

"Limiter le dépistage à Bagneux n’aurait pas beaucoup de sens"

"On est en continuité directe avec Bagneux, explique Laurent Vastel, le maire UDI de Fontenay-aux-Roses, à France 3 Paris IDF. On a des enfants scolarisés à Bagneux, beaucoup d’habitants vont faire leurs courses à Bagneux, et inversement… En termes de bassin de vie, il y a beaucoup d’échanges. Limiter le dépistage à Bagneux n’aurait pas beaucoup de sens."

Toute la problématique avec cette vague potentielle, c’est d’essayer d’anticiper au lieu de subir

Laurent Vastel, le maire UDI de Fontenay-aux-Roses

"La principale différence avec ce variant britannique, c’est tout de même la contagiosité, poursuit l’élu, médecin de profession. Le variant se traduit par une vitesse de propagation encore plus forte. Donc c’est intéressant de chercher à avoir une photographie, de savoir l’ampleur de la propagation tout de suite, avec une vision statistiquement valable. Toute la problématique avec cette vague potentielle, c’est d’essayer d’anticiper au lieu de subir, sinon on aura un métro de retard."

Le maire, qui affirme que les mesures de précaution sont strictement appliquées dans les écoles de la commune, explique par exemple que les résultats pourraient amener à fermer les établissements à temps, selon l'ampleur de la propagation : "Quand on voit la courbe et les chiffres en Angleterre, on est très impressionné par la vitesse de propagation. On a déjà des cas en France, donc comme pour la première vague, il va falloir chercher à atténuer au maximum le pic et éviter une saturation dans les hôpitaux. Encore une fois, mieux vaut prévenir que guérir."

Premiers résultats à Bagneux, qui prolonge son opération de dépistage massif

A Bagneux, la Ville, qui avait déjà lancé un dépistage massif sur trois jours, a décidé de prolonger l’opération. Un jour supplémentaire est en effet prévu, ce mercredi, de 12h à 19h à l'espace Léo Ferré (15 rue Charles-Michels).

Cette prolongation "devrait également permettre aux actifs de se faire tester", espère la Ville. Le dispositif reste accessible gratuitement et sans rendez-vous. Bagneux a par ailleurs annoncé lundi de premiers résultats, concernant 172 personnels de la ville et de l'éducation nationale testés vendredi dernier.

Deux cas positifs ont été identifiés, mais il ne s’agit pas du variant britannique. Des premiers chiffres "évidemment encourageants", selon la mairie, qui rappelle toutefois que ce ne sont pas des résultats définitifs. Les résultats concernant l’ensemble de la population devraient être connus d’ici la fin de semaine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société