Intempéries : une cellule d'urgence pour indemniser les entreprises

Après la pagaille créée par la neige, la préfecture de région a décidé d'ouvrir une cellule d''urgence pour les entreprises franciliennes dont l’activité a été perturbée. Plus d'une centaine de sociétés y ont déjà eu recours.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Depuis 3 jours, il n'y a plus aucun véhicule sur le parking de l'entreprise de Patrick Fraisse. Avec l'arrivée de la neige, ce fabricant de système de ventilation a mis ses 9 salariés au chômage technique. "La neige, le risque sur la route, les embouteillages...à partir de mardi, on a décidé de stopper nos interventions, de ne prendre aucun risque pour nos employés. On leur a demandé de ne pas utiliser leurs véhicules. De toutes façons, les interventions auraient été très compliquées à cause de la neige".

Au total, il estime à 10 000 euros la perte journalière pour son entreprise.  Pour éviter les difficultés de trésorerie, il a donc demandé une indemnisation de l'Etat. 

110 entreprises ont fait appel à la cellule de crise

Suite aux intempéries, la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi)  d’Île-de-France a mis en place une cellule de crise. Elle s’adresse aux entreprises franciliennes dont l’activité a été perturbée par les crues et par les chutes de neiges. Indemnisation du chômage technique, dérogation de la durée de travail, 110 entreprises, essentiellement des PME, y ont fait appel. 

"Nous accompagnons l'entrepreneur dans ses démarches d'indemnisation. Après avoir reçu sa demande, la Directe va instruire son dossier dans la semaine et déclencher les aides pour faciliter un remboursement des salaires qu'il aura payer à ses salariés", explique Corinne Cherubini, directrice de la Direccte d’Île-de-France. Selon elle, les demandes pourraient tripler dans les semaines à venir.