Jean-Paul Huchon salue en David Bowie un “rockeur élégant”

David Bowie, au Zénith de Paris, en septembre 2002. / © BEP/LE PARISIEN
David Bowie, au Zénith de Paris, en septembre 2002. / © BEP/LE PARISIEN

L'ancien président  de la région Île-de-France, Jean-Paul Huchon, grand amateur de rock, salue la mémoire de David Bowie. L'occasion aussi d'évoquer son avenir et les pistes pour rebondir.

Par Daic Audouit

"Je vais me précipiter pour acheter le dernier disque de David Bowie". 

Jean-Paul Huchon, ancien président du conseil régional d'Île-de-France, grand et vrai connaisseur de rock, salue la mémoire du chanteur, décédé dimanche d'un cancer

Il évoque l'artiste qui avait "une pratique de caméléon passant du rock dur au jazz, voire même le classique par son travail avec Philipp Glass". "Il était très beau, magnifiquement habillé", poursuit-il évoquant le concert au Zénith à Paris de la tournée du disque Heathen et regrettant de ne pas l'avoir vu en live dans les années 70. "Il avait un sens du spectacle. Mais ce n'était pas du grand guignol. Il avait un sens de la retenue. On sentait une tension intérieure". 

"Heathen" reste le disque préféré de Jean-Paul Huchon. "Un disque recherché à la croisée de recherches musicales et techniques". Côté single, l'ancien président de l'Île-de-France cite "Rebel, rebel" et "China Girl", "un morceau à la fois sautillant et grave". 

Son personnage préféré de Bowie est le "Thin white Duke". 

"Ce n'était pas un rockeur ordinaire, il allait bien au-delà. Un type brillant. Il n'y a pas beaucoup de gens capables de cette élégance et de cette créativité", conclut Jean-Paul Huchon.

LIRE aussi : Les fans franciliens pleurent la disparition de David Bowie
 

Bonus-Track : Que devient Jean-Paul Huchon ?

Cet entretien téléphonique a été aussi l'occasion de prendre des nouvelles de Jean-Paul Huchon qui a quitté la tête de la région Île-de-France en décembre dernier. "C'est très étrange de se trouver à zéro à l'heure quand on était à 100", confie-t-il. 

Mais il pourrait bientôt trouver une nouvelle occupation. Manuel Valls pourrait lui confier dans les prochaines semaines une mission d'étude sur le tourisme et l'attractivité touristique du pays. 

Sinon des médias réfléchissent à l'embaucher comme chroniqueur rock sur leurs antennes. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus