Parcourir les 780 km de la Seine à la nage en 52 jours : le (nouveau) défi du fils d’Anne Hidalgo

A travers ce défi sportif, Arthur Germain souhaite sensibiliser le grand public à la protection de l'environnement.

Arthur Germain pose sur son compte Twitter le dimanche 6 juin 2021, la veille de son départ pour la traversée de la Seine, à Source-Seine, en Côte-d'Or.
Arthur Germain pose sur son compte Twitter le dimanche 6 juin 2021, la veille de son départ pour la traversée de la Seine, à Source-Seine, en Côte-d'Or. © (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Il s’appelle Arthur Germain. Il a 19 ans. C’est le plus jeune des trois enfants de la maire de Paris Anne Hidalgo. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il aime les défis, surtout aquatiques. Il s’en est lancé un...pouvant paraître fou : parcourir les 780 kilomètres de la Seine à la nage. Un périple qu’il compte accomplir en 52 jours et en totale autonomie. Cela revient à nager entre 15 et 20 km par jour. 

Il n'en est pas à son premier défi. Il s'était déjà illustré lors d'une traversée de la Manche en solitaire en 9h47. Il était alors âgé de 16 ans, et devint le plus jeune nageur à avoir parcouru les 34 km qui séparent l’Angleterre de la France. Mais descendre la Seine est un défi bien plus relevé. La longueur de la Seine et plus de vingt fois supérieure à celle de la Manche.

L’expression "être à l’aise comme un poisson dans l’eau" prend tout son sens avec Arthur Germain.

Affronter le froid, la solitude, le manque de sommeil et la douleur physique

Le jeune nageur s’est lancé ce dimanche 6 juin à midi depuis la source de la Seine, en Côte d'Or. Il descendra le fleuve jusqu’à son embouchure, au Havre (Seine-Maritime). Il a pour seule compagnie un kayak qu’il trainera tout le long de la traversée. Il lui permettra de dormir et de se nourrir. Sur les réseaux sociaux, le sportif a tenu à faire partager sa préparation, jusqu’à montrer ce qu’il mangera au fur et à mesure de la traversée. "Ma nourriture sera composée à 70% d’oléagineux et de fruits secs", explique-t-il.

Si sa traversée se passe comme prévu, Arthur Germain devrait ainsi atteindre Paris le 4 juillet et sa destination finale le 28 juillet. Dans la capitale, il sera accueilli par les équipes de la Protection civile Paris Seine.

Pour réussir, le nageur va devoir affronter et surmonter le froid, la solitude, le manque de sommeil ou encore la douleur physique. C'est donc une épreuve mentale, mais aussi physique.

Sensibilisation à l'environnement

L’un des objectifs de cette traversée : sensibiliser le grand public à l’environnement et à la propreté de la Seine et des cours d’eau."Mon objectif pendant cette aventure est de montrer la beauté de ce fleuve", explique Arthur Germain sur son site internet. La traversée comportera également des rencontres avec des spécialistes, mais aussi avec des professions qui travaillent le long des deux rives. "La vie fourmille autour d’un fleuve, j’irai rencontrer des agriculteurs, directeurs de sites industriels, riverains, acteurs de la Seine, dans un désir de discuter de leur lien avec la Seine", précise Arthur Germain.

"Le message sera positif", insiste-t-il, expliquant ne vouloir ni "diaboliser les industriels ni baser mon message sur une politique de culpabilisation". "Je veux au contraire montrer que la Seine mérite d’être préservée pour sa richesse et que l’on ne profite de la diversité qu’elle offre qu’en la respectant. La Seine offre des paysages très variés, tantôt ruraux, tantôt urbains, entrecoupés de parcs naturels et de sites industriels. Mon rôle sera de partager ces différents aspects de la Seine pour en offrir une meilleure compréhension".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport environnement