• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris-Brest-Paris : plus de 1 200 km de plaisir et de souffrances

Au départ de la 18ème édition du Paris-Brest-Paris à Saint-Quentin en Yvelines / © Emmanuelle Hunzinger
Au départ de la 18ème édition du Paris-Brest-Paris à Saint-Quentin en Yvelines / © Emmanuelle Hunzinger

Dimanche 16 août à 16h30 s’élançaient les quelque 6 000 participants de l’édition 2015 de l’épreuve cycliste amateure Paris-Brest-Paris. Un rendez-vous sportif à ne pas manquer.

Par Jean Efforsat

Le vélodrome de Saint-Quentin en Yvelines est saturé de monde. Chinois, italiens, Français se côtoient dans la queue qui s’est formée dans l’enceinte olympique. C’est ici que sont distribués et remplis des sacs qui serviront aux coureurs. Avec environ 6 000 participants, dont 2 000 français et 4 000 étrangers, la manifestation est l’évènement cycliste le plus important du globe.

À sa création, en 1891, la manifestation accueillait à la fois des concurrents amateurs et professionnels. A présent, seuls les amateurs participent. La manifestation sportive a lieu tous les 4 ans. Cette année, le Paris-Brest-Paris fête sa 18ème édition. L’évènement est encadré par la fédération française de cyclotourisme.

Un défi face à ses propres limites

Connu dans le monde entier comme le Graal des cyclistes amateurs, un « brevet de distance », la classique Paris-Brest-Paris est cependant assez peu médiatisée. C’est pourtant une incroyable course contre la montre, un défi personnel face aux propres limites des coureurs.

Aucun dossard n’est distribué, aucun concurrent n’est classé et le vainqueur ne reçoit pas de gains. En revanche chaque participant qui parvient à boucler les 1 200 kilomètres se voit gratifié d’une médaille.

L’objectif est de terminer la distance en moins de 90 heures, une performance très relevée pour des amateurs qui affrontent désormais un parcours plus long et plus difficile que lors des premières éditions de la course.

La sécurité des coureurs avant tout

Pour des raisons de sécurité, les coureurs n’empruntent pas de grosses routes, trop dangereuses, bien que plus courtes. Des contrôles de sécurité, mis en place dans huit villes le long du parcours, permettent aux cyclistes de s’arrêter pour prendre un peu de repos et se restaurer.

Malgré les précautions prises par les organisateurs, la sécurité reste un « point chaud » de l’évènement. Il est régulièrement rappelé aux automobilistes qui empruntent les routes du parcours qu’ils doivent faire preuve de la plus grande vigilance. Et pour cause. Lors de la dernière édition en 2011, un participant avait été percuté par un poids lourd. Le coureur, qui s’était endormi sur son vélo, perd la vie.

Une épreuve pour les initiés

Pour ceux qui souhaitent participer, les épreuves de qualification sont un passage obligatoire afin d’attester de son niveau et de sa forme physique. Chaque potentiel participant doit donc se soumettre à des épreuves de 200, 300, 400 puis 600 kilomètres.

Loin d’une balade du dimanche, le Paris-Brest-Paris demande aux participants une préparation importante. Seuls les initiés, amateurs passionnés en grande forme physique, pourront goûter au plaisir de l’arrivée.

>> Revoir les préparatifs de l'édition 2015

Paris-Brest-Paris

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Défaite du PSG face à Rennes

Les + Lus