Anne Hidalgo annonce l'interdiction de stationnement des trottinettes sur les trottoirs à Paris

Lime, Bird, Bolt, Jump... Une dizaine d’opérateurs s’affrontent sur le marché parisien de la location de trottinettes électriques en free floating. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Lime, Bird, Bolt, Jump... Une dizaine d’opérateurs s’affrontent sur le marché parisien de la location de trottinettes électriques en free floating. / © IP3 PRESS/MAXPPP

La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo a annoncé jeudi l'interdiction de stationnement des trottinettes sur les trottoirs, et demandé aux opérateurs de limiter la vitesse de ces engins qui se multiplient dans l'espace public. 

Par Isabelle Audin

Les trottinettes "devront stationner sur les places de stationnement situées sur la chaussée et déjà utilisées par les voitures et les deux-roues motorisés", a annoncé Mme Hidalgo lors d'une conférence de presse. L'édile a également proposé aux opérateurs de brider leur vitesse à 20 km/h dans toute la capitale, voire 8 km/h sur les zones piétonnes.
    
Les trottinettes seront aussi "interdites dans tous les parcs et jardins" de la capitale, et "le port du casque" sera recommandé, a ajouté Mme Hidalgo qui souhaite que l'ensemble des mesures annoncées soient en vigueur "dès début juillet".
  
 
Apparues il y a un an dans les rues de la capitale, les trottinettes électriques en libre-service - évaluées à plus de 20.000 - sont devenues un véritable casse-tête pour la mairie de Paris, faute de réglementation.
 
   
Comme Bordeaux, Lyon ou Strasbourg, Paris attend ainsi l'adoption du projet de loi d'orientation sur les mobilités, actuellement en discussion à l'Assemblée nationale, qui permettra aux villes de réguler les nouveaux moyens de transport en libre-service (trottinettes, vélos, gyropodes...). 
    
Bien qu'aucun décompte officiel n'existe encore, plusieurs accidents récents impliquant des trottinettes et des piétons à Paris ont défrayé la chronique.

Les réactions aux annonces d'Anne Hidalgo ne se sont pas fait attendre.

Dans un communiqué, Pascal Melet, Directeur Général du Salon Autonomy réagit

« Si la nécessité de réagir s'imposait suite aux récents incidents, nous ne pouvons que regretter qu'une fois de plus, les polémiques prennent le pas sur une réflexion profonde pour adapter nos espaces urbains aux impératifs de développement d'une mobilité décarbonée. Espérons que la LOM, débattue actuellement, apportera rapidement des solutions pragmatiques aux collectivités comme aux usagers pour des villes plus adaptées à l'évolution du marché de la mobilité. »


Bolt, quant à lui accueille positivement les mesures annoncées par la Mairie de Paris.

"Nous nous conformons déjà à la plupart de ces mesures. Depuis le lancement de Bolt, nous avons volontairement maîtrisé le nombre de trottinettes disponibles afin de ne pas saturer l’espace public. En ce qui concerne le stationnement, nous demandons expressement à notre partenaire qui dispose nos trottinettes chargées sur la chaussée de le faire dans des endroits où elles ne gênent pas. Nous travaillons en outre avec la Mairie de Paris à la création d’espaces de stationnement dédiés aux engins en free-floating (vélos, trottinettes). Nous sensibilisons également nos utilisateurs à la nécessité de garer les trottinettes dans des endroits appropriés, et leur demandons de prendre une photo pour en attester". "Par ailleurs, nous allons adapter dans les meilleurs délais la vitesse de nos trottinettes électriques de manière à ce qu’elles ne dépassent pas les 20 km/h et 8 km/h dans les aires piétonnes".


B Mobility (dont l’ambassadeur est Usain Bolt) se dit prêt à se conformer aux mesures annoncées par la Maire de Paris.
 

«En tant qu’acteur responsable, nous avons pris note et nous nous conformerons aux mesures annoncées ce jour par la Maire de Paris. La sécurité des utilisateurs et des usagers de la voie publique est pour nous une priorité. Cela a, par ailleurs, été notre ligne directrice dans les reflexions que nous avons menés lors de la conception de nos véhicules (possibilité de louer plusieurs trottinettes à la fois, double repose-pieds). Cependant, nous avons bien conscience que nous devons agir davantage pour sensibiliser toutes les parties prenantes au respect du code de la route. En parallèle, nous devons consolider nos relations avec les villes pour co-construire le cadre législatif et réglementaire propice au développement de ces nouvelles solutions de mobilités, y compris à travers la mise en place d’infrastructures dédiées, comme le développement des pistes cyclables et l’attribution de places de stationnement réservées. »

 
En attendant l'adoption de cette loi, Anne Hidalgo a demandé aux opérateurs de ne pas augmenter leur flotte.
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus