Bus, métros, maintenance ou sûreté : la RATP va recruter massivement

La RATP a annoncé le recrutement de 6 600 personnes en 2023. La régie autonome cherche, en particulier, des conducteurs de bus ainsi que des personnes travaillant dans la maintenance et la sécurité.

Face aux critiques sur le manque de transports, la RATP réagit avec un projet de recrutement massif. L'entreprise de transports en commun a annoncé vouloir recruter 6 600 personnes en Ile-de-France en 2023 dont 4 900 en CDI, un record pour l'établissement public.

"On répond à l'enjeu et être prêt à deux choses : assurer l'offre de transport en 2023 et anticiper les deux grands événements sportifs que la région parisienne va accueillir, la coupe du monde de rugby fin 2023 et les JO en 2024", explique Marie Cosson, directrice du développement des compétences RATP.

2 700 conducteurs de bus

"On a l'habitude de mener des plans de recrutements à forts volumes. Celui-ci est historique, mais on se donne tous les moyens pour y arriver", reconnaît cette dirigeante.

Car la RATP prévoit l'embauche de 2 700 conducteurs de bus, soit près du double de l'année dernière, 400 conducteurs de métro et 700 agents de gares et stations.

D'autres secteurs en tension sont particulièrement concernés comme la maintenance avec 400 postes à pourvoir. La RATP cherche aussi à pourvoir 120 postes d'agents de sûreté, autre métier où les candidats sont rares.

En plus des 4 900 recrutements en CDI, la RATP a annoncé proposer 1 000 contrats d'alternance et 700 contrats d'insertion.

Plusieurs mois de formations nécessaires

Mais les candidats seront-ils au rendez-vous ? Selon Marie Cosson, chaque année, la RATP reçoit environ 100 000 CV. "Il y a beaucoup d'excellence et d'exigence dans nos recrutements. On a besoin de beaucoup de candidats. Toutes les offres sont publiées sur notre site ratp.fr dans la rubrique 'nous rejoindre'", assure-t-elle.

Difficultés de recrutement, hausse de l'absentéisme et des démissions, conflit social latent chez les conducteurs de bus ou à la maintenance... Les causes de la dégradation du service sont désormais connues.

"L'année dernière, en 9 mois, on a recruté 1 500 chauffeurs de bus, ce qui est un volume très important. Il faut avoir en tête que dans la majorité des cas, lorsque l'on recrute, on forme des personnes aux métiers. Donc entre le moment où l'on recrute et où la personne prend ses fonctions, il s'écoule entre 6 à 9 mois de formation. Sur le métro et le bus, on a déjà des gens que l'on a recruté mi-2022 qui commencent à prendre leurs fonctions", défend Marie Cosson.

Début janvier, le PDG du groupe, Jean Castex, avait annoncé son intention de recruter "4 500 personnes" afin de revenir à un niveau de service normal en 2023 après le fiasco de la fin d'année dernière dans les transports parisiens.

Les ambitions ont donc été revues à la hausse. Pour rappel, le réseau RATP s'est retrouvé en grande souffrance sur les quatre derniers mois de l'année 2022 avec un bus sur quatre ne roulant pas et entre 10 et 20% de l'offre de métro non réalisée.

Source : AFP

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité