Course poursuite mortelle à Paris : le policier était-il en état de légitime défense ?

Mis en examen, le gardien de la paix de 23 ans n’a plus le droit d’exercer sa fonction. Il a fait usage de son arme et tiré un coup de feu mortel. Son avocat plaide la légitime défense, un argument contesté par l'avocat de la famille de la victime. 

© C.Lanot / France 3 Paris
De nombreux points restent encore à éclaircir sur cette course poursuite. Pourquoi le gardien de la paix a-t-il décidé de poursuivre l'homme non armé qui refusait d'obtempérer à un contrôle. A-t-il entendu ou pas les ordres de sa hiérarchie qui lui demandait d'abandonner ? 
Le jeune policier  a fait usage de son arme et blessé mortellement l'homme, il met en avant la légitime défense. 


Me Laurent-Franck Liénard, avocat du policier

"Le tir est fait en légitime de défense du conducteur du scooter qui va être écrasé par la voiture si le policier ne tire pas, ce que confirme le conducteur puisqu’il dit que le tir est simultané à la percussion du scooter. Le tir est fait en légitime défense et dans le nouveau cadre légal de l’usage des armes des policiers c'est -à-dire l'impossibilité d'arrêter autrement ce véhicule alors qu'il présente un danger majeur pour les personnes."


Me Olivier Lambert avocat de la famille de la victime

"En plein Paris, une voiture bloquée dans la circulation et une simple marche arrière pourrait menacer la vie d’un policier etd’autres personne sjustifiant d’un coup de feu mortel. Je ne peux pas suivre cette argumentation-là parce que tout de même une balledansle thorax c’est une balle mortelle."

​​​​​​​
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers