Covid-19 : des patients d'Auvergne-Rhône-Alpes transférés dans les hôpitaux parisiens

Face à une forte tension dans les hôpitaux d'Auvergne-Rhône-Alpes, l'ARS de la région a décidé le transfert de patients vers d'autres régions. Trois hôpitaux parisiens vont en accueillir huit ces lundi et mardi.
Au total, huit patients d'Auvergne-Rhône-Alpes sont transférés dans des hôpitaux parisiens. Ici, un transfert effectué de l'aéroport de Lyon-Bron ce lundi.
Au total, huit patients d'Auvergne-Rhône-Alpes sont transférés dans des hôpitaux parisiens. Ici, un transfert effectué de l'aéroport de Lyon-Bron ce lundi. © JEFF PACHOUD / AFP
Les hôpitaux de La Pitié Salpêtrière, Pompidou et de Cochin vont accueillir huit patients de la région Auvergne-Rhône-Alpes atteints de la Covid-19, a-t-on appris auprès de l'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France. Quatre patients ont été transférés ce lundi 9 novembre et quatre autres vont l'être ce mardi 10 novembre.

L'ARS d'Auvergne-Rhône-Alpes envisage 200 nouveaux transferts de patients dans les quinze prochains jours au total.  

"Amorce d'infléchissement"

Une situation qui contraste avec celle en Île-de-France où l'"on peut parler, en région Ile-de-France, d'une amorce d'infléchissement", a déclaré Martin Hirsch sur France Inter ce lundi expliquant ainsi que "ces trois ou quatre derniers jours, on voit plutôt à peu près 80 entrées par jour (en réanimation)", contre 110 "il y a huit jours" et "plutôt 400 entrées en hospitalisation par jour" contre 500 il y a une semaine.

"Pourquoi est-ce qu'on est prudent dans les termes ? (...) On a vu un moment de répit fin septembre, on a vu (l'épidémie) redémarrer en octobre", a mis en garde Martin Hirsch. De plus, le pic des hospitalisations "est encore devant nous (...) ce n'est pas sous contrôle partout et les jours à venir sont très compliqués, forcément", a-t-il néanmoins prévenu.

Le directeur de l'ARS de Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Philippe Demester, a lui tempéré tout excès d'optimisme : "Je suis très content pour l'Ile-de-France qu'il (Martin Hirsch) sente cette inflexion, en ce qui nous concerne c'est trop tôt pour le dire (...) on n'a pas encore de ralentissement de la croissance ici".  

Plus de 40 000 morts en France

À ce jour, plus de 4 500 patients touchés par la Covid-19 ont été admis en réanimation alors que la capacité totale, toute pathologie confondue, est de 6 400 lits (elle est censée passer à 7 500 bientôt en fermant des blocs opératoires et en déprogrammant des interventions chirurgicales).

Le nombre de morts depuis le début de l'épidémie a dépassé, lui, la barre des 40.000 ce samedi. Le transfert des patients a ainsi repris vers d'autres hôpitaux français mais aussi allemands.

La semaine dernière, Olivier Véran avait envisagé que dans l'hypothèse d'un confinement "bien respecté", le nombre de patients Covid-19 atteindrait un pic d'"environ 6.000" en réanimation, "une pression très forte sur notre système hospitalier", mais qui diminuerait ensuite.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société confinement