Crack à Paris: Valérie Pécresse veut "ouvrir un centre de désintoxication"

La présidente de la région Île-de-France et candidate à la présidentielle de 2022, Valérie Pécresse souhaite l'ouverture d'un "centre de désintoxication" pour lutter contre le phénomène de consommation de crack à Paris.

Au lendemain de sa venue porte de la Villette, où est regroupée une cinquantaine de consommateurs de crack, Valérie Pécresse a réaffirmé sur BFM TV sa volonté de créer un centre de désintoxication.

"Je vais prendre l'initiative, parce que personne ne le fait : je vais confier une mission au professeur Vaivre-Douret, qui est une psychiatre à l'hôpital Cochin, et à Elina Dumont, ancienne sans-abri addict au crack", a -t-elle annoncé.

"Quand on est au crack, on ne s'en sort pas tout seul", a-t-elle déclaré, ajoutant que "pour l'instant, nous avons des centaines de personnes qui sont dans un square, sans protection." "Il faut avoir des injonctions de soins", a défendu la présidente de région.

Hier, Valérie Pécresse s'est dite opposée aux salles de shoot, "qui troublent l'ordre public partout dans Paris et qui créent des encouragements à consommer."

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a annoncé au début de l'été vouloir ouvrir 4 salles de consommation à moindre risque (SCMR) qui mêleraient soins, hébergements et espaces de consommation. Devant la levée de bouclier des riverains, elle a du faire marche arrière et renoncer à ouvrir une telle structure notamment rue Pelleport dans le XXe arr.. Elle plaide également pour des structures médicales de prises en charge.

 


    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue santé société politique