Dans le sous-sol du Bassin parisien, du gaz, de l'eau, de vieux volcans

La planche, de 150 cm par 80 cm, présente la coupe, des profils sismiques et des cartes de la géologie profonde.
La planche, de 150 cm par 80 cm, présente la coupe, des profils sismiques et des cartes de la géologie profonde.

D'après une nouvelle coupe géologique, le sous-sol du Bassin parisien regorge de gaz, d'eau, mais aussi de très anciens volcans.

Par Emmanuèle Bailly

La nouvelle coupe du Bassin parisien, présentée mercredi par l'Association des géologues du bassin de Paris (AGBP,) tient compte des dernières découvertes réalisées grâce aux techniques modernes d'imagerie. Cette nouvelle coupe géologique, révèle des réserves potentielles importantes en gaz naturel et en eau, mais aussi de très anciens volcans.

Mais tout d'abord quelques précisions, le Bassin parisien est, au sens restreint, un bassin versant de la Seine qui entoure Paris. mais il faut préciser qu'au sens large où l'entendent les géologues, c'est une région géologique sédimentaire comprenant tout le centre-nord de la France, débordant sur la Belgique, le Luxembourg et le sud-ouest de l'Allemagne, s'étalant du Massif armoricain aux Vosges et de l'Ardenne au Massif central.

Sur cette coupe est ainsi représenté dans la partie Est "un gigantesque bassin d'âge carbonifère" (entre 295 et 215 millions d'années), de plus de 5.000 mètres d'épaisseur. Les géologues estiment qu'il pourrait contenir d'importantes réserves en gaz de houille, avec un potentiel exploitable en Lorraine. Sous le plateau lorrain également, la coupe fait apparaître de très anciens volcans fossilisés, âgés de 250 millions d'années.

Par ailleurs, le Bassin parisien recèle dans son coeur une potentielle réserve stratégique d'eau potable "de très bonne qualité". "S'il y avait un gros problème d'alimentation en eau pour la ville de Paris, par exemple une grosse pollution sur les eaux de la Seine, on aurait cette énorme réserve d'eau potable", précise Didier Bonijoly, président de l'AGBP. "Sous Paris, elle est à 500 mètres. C'est facilement accessible et ça présente le gros intérêt d'être une ressource protégée", poursuit-il.

Le géologue souligne que le Bassin parisien est étudié depuis le XIXe siècle. "C'est passionnant de voir comment, en deux siècles, on a eu une vision incroyablement plus précise", note-t-il. 

Cette nouvelle version a pour objectif de porter à la connaissance d’un large public et notamment des enseignants en sciences de la Terre, la vision actuelle du Bassin parisien. La coupe est accompagnée de courtes synthèses thématiques. Le document se présente sous la forme d’une grande planche, accompagnée d’un livre intitulé "Le Bassin parisien, un nouveau regard sur la géologie".



Les + Lus