Danse sur le parvis de l'opéra Garnier : les artistes ont voulu défendre “l'excellence à la française”

Les danseuses de l'Opéra de Paris ont interprété le Lac des cygnes devant l'opéra Garnier ce mardi 24 décembre. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Les danseuses de l'Opéra de Paris ont interprété le Lac des cygnes devant l'opéra Garnier ce mardi 24 décembre. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Vue des millions de fois, la vidéo des danseuses de l'Opéra de Paris interprétant le Lac des cygnes sur le parvis de l'opéra Garnier a permis de défendre "l'excellence à la française" selon un musicien de la formation.

Par MT

"Ce moment, pour nous tous, restera historique. C'était très émouvant, c'était un moment de beauté, de grâce", rapporte Fabien Wallerand, musicien tuba solo de l'Opéra National de Paris (et non-syndiqué).

Mardi 24 décembre, le ballet et l'orchestre de l'Opéra de Paris ont interprété un extrait du Lac des cygnes sur le parvis de l'Opéra Garnier, à la stupéfaction des passants.

Le musicien a fait partie de la petite équipe qui a mis en place ce spectacle : "On a monté ce mini-spectacle en trois jours avec très peu de gens, à 5, 6 personnes. On n'a pas choisi ce lieu par hasard, on défendu quelque chose de beau".
 

Régime des retraites le plus ancien de France

Derrière cette représentation, la volonté a été de faire grève autrement. "Beaucoup avaient entendu parler des grèves à la RATP ou à la SNCF mais peu étaient au courant de celle de l'opéra", raconte Fabien Wallerand.

La large diffusion de cette vidéo a donc permis d'expliquer aussi leurs revendications. Car les membres de l'Opéra de Paris bénéficient d'un régime leur permettant de partir plus tôt à la retraite : 42 ans pour les danseurs. Il date de 1698, sous Louis XIV, et est l'un des plus anciens de France.
 

"La danse à l'opéra, c'est un sacrifice"

Régime souvent incompris, le musicien rétorque : "la danse, c'est un art mais aussi un sport de haut niveau. Je vois mal Kylian Mbappé jouer à 55 ans. La danse à l'opéra, c'est un sacrifice".

Les musiciens ont aussi un rythme soutenu : "on joue tous les soirs de jours fériés, les week-ends. Un opéra, c'est entre 3 et 4h en moyenne, alors que pour un orchestre symphonique, c'est 1h30 pour un concert".

Et de conclure : "Nous ce que l'on veut, c'est défendre notre art et l'excellence à la française."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Les + Lus