Cet article date de plus de 4 ans

Défilé de motards dans Paris contre l'interdiction des véhicules anciens

Plusieurs milliers de motards, selon les organisateurs, sont partis de Vincennes dimanche pour défiler dans Paris et protester contre les restrictions de circulation imposées par la capitale aux véhicules anciens, afin d'améliorer la qualité de l'air.
© France 3 Paris Île-de-France
Plus de 3.000 personnes se sont jointes au cortège dans un concert de klaxons, sous une banderole "Paris interdit, les vieilles se rebellent" et au guidon de motos aussi bien anciennes que récentes, selon la fédération des "Motards en colère", organisatrice de l'événement. Ce rassemblement, "c'est juste pour dire à (Anne) Hidalgo (la maire de Paris,
ndlr) qu'on ne va pas lâcher l'affaire, aussi bien juridiquement que sur le terrain", a déclaré à l'AFP Jean-Marc Belotti, le coordinateur de l'antenne parisienne de l'organisation.

Paris interdite aux vieux véhicules 

Depuis le 1er juillet, la ville de Paris interdit aux voitures essence ou diesel immatriculées avant le 1er janvier 1997, de circuler en semaine de 8H00 à 20H00, pour lutter contre la pollution de l'air. Les deux-roues motorisés (motos, scooters) d'avant le 1er juin 1999 et les véhicules utilitaires légers d'avant le 1er octobre 1997 sont également concernés par ces restrictions.

Les premières sanctions en cas d'infraction devaient normalement intervenir au 1er octobre, mais la ville vient d'accorder un sursis "pédagogique" à ces véhicules, jusqu'au 1er janvier 2017.

Une mesure incohérente 

Parmi les manifestants, Benoît Gauthier et sa femme Christine étaient venus d'Ermont (Val d'Oise) sur une BMW R100 GS de 1988. "On pollue certainement moins qu'un 4x4 dans Paris", a dénoncé le couple de cinquantenaires. Pour eux, la mesure est "incohérente" car certains véhicules plus polluants restent autorisés "juste pour une question de date d'immatriculation".

"Le deux-roues motorisé, c'est une vraie solution à l'engorgement des villes et donc à la pollution. D'autant plus qu'on roule à l'essence et pas au diesel", émetteur
de particules fines, a défendu M. Belotti. Il pointe aussi "un problème social" :  

On dit aux banlieusards qui ne peuvent pas s'acheter du neuf qu'on ne veut pas d'eux


Les "Motards en colère" avaient déposé un recours en suspension contre l'arrêté parisien devant le tribunal administratif, qui les a déboutés en septembre. Un nouveau recours a été formé devant le Conseil d'Etat, et la fédération a également engagé une procédure sur le fond.

Paris est pour l'instant la seule ville à avoir utilisé la loi de transition énergétique de 2015, qui permet aux villes d'instituer des zones à circulation restreinte, instituant un système de vignettes de couleur selon le véhicule. Elles sont déjà disponibles mais ne seront obligatoires qu'à partir du 1er janvier 2017. D'autres villes comme Grenoble, Strasbourg et Bordeaux songent à créer des zones similaires.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
circulation économie transports transition énergétique énergie environnement société politique