Délinquance en hausse à Paris : des arrondissements avec “une voiture la nuit et trois fonctionnaires de police dedans”

Selon la préfecture de police de Paris, violences et cambriolages sont en hausse dans la capitale. / © BERTRAND GUAY / AFP
Selon la préfecture de police de Paris, violences et cambriolages sont en hausse dans la capitale. / © BERTRAND GUAY / AFP

Selon les chiffres de la préfecture de police de Paris, les violences physiques et les cambriolages sont en nette hausse dans la capitale cette année. Cela concerne "tous les quartiers" selon Colombe Brossel, adjointe à la Sécurité de la maire de Paris.

Par MT avec AFP

La sécurité pourrait-elle devenir un enjeu phare des municipales parisiennes ? La préfecture de police de Paris a communiqué à l'AFP un rapport présentant une nette hausse des violences physiques et sexuelles, des vols et des cambriolages.

Selon ce décompte, les atteintes volontaires à l'intégrité physique sont en hausse de 9,08%  (35.343 cas dans la capitale entre le 1er janvier et le 30 septembre), comparé aux neufs premiers mois de 2018.

Parmi les atteintes à l'intégrité physique, les violences physiques non-crapuleuses (+9,84%), les menaces (+14,20%) et atteintes aux biens (+13,91%) ont particulièrement bondi. Les violences sexuelles ont, elles, augmenté de 3,25% sur un an. En revanche, certains faits reculent, à l'image des comportements dangereux ou gênants (-6,47% sur un an) et des comportements perturbants (-12,04%). Contactée, la préfecture de police de Paris n'a pas souhaité expliquer ces catégories.
 

Une augmentation dans tous les arrondissements

Contactée, l'adjointe (PS) à la Sécurité de la maire de Paris, Colombe Brossel, affirme ne pas être "surprise" par ces chiffres. "Cela reflète ce que disent les habitants."

Deux phénomènes inquiètent particulièrement l'élue : "l'augmentation de la délinquance de tous les jours" et une augmentation répartie "dans tous les quartiers". À titre d'exemple, elle cite la forte hausse des cambriolages dans le XVIe arrondissement comme dans le XVIIIe.

On a des arrondissements où vivent plus de 200.000 habitants et l'on a une voiture la nuit et trois fonctionnaires de police dedans

"Nous avons besoin de créations de postes, de policiers visibles dans la rue, y compris le soir et la nuit", pense Colombe Brossel. Et d'affirmer : "On a des arrondissements où vivent plus de 200.000 habitants et l'on a une voiture la nuit et trois fonctionnaires de police dedans".

La mairie de Paris a souhaité doter la ville d'une police municipale (projet qui doit être approuvé par une loi). Elle pourrait voir le jour en 2020. "Mais ils n'iront pas démanteler un réseau, ce n'est pas notre travail. On veut créer une police municipale notamment chargée du sujet de la tranquillité publique", explique ainsi l'élue.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Recherche : dans les laboratoires, le blues des chercheurs français

Les + Lus