Doudounes volées dans une boutique de luxe à Paris : dix jeunes mis en examen

La vidéo de leur attaque du 11 décembre dernier avait fait le tour des réseaux sociaux. Ces jeunes de 17 à 18 ans sont suspectés de six pillages de boutique en deux mois.

Les vols s'élèveraient à 150 000 euros.
Les vols s'élèveraient à 150 000 euros. © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

On les soupçonne de six braquages, mais le plus spectaculaire qu’ils auraient commis date du 11 décembre dernier. En plein après-midi, ils étaient entrés à dix dans une boutique de doudounes de luxe, repartant moins d’une minute après avec près de 40 000 euros de vêtement.

Les dix voleurs, majoritairement âgés de 17 à 18 ans, ont été mis en examen ce vendredi pour vols aggravés et six ont été écroués informe l'AFP. Les quatre autres ont été libérés sous contrôle judiciaire. Les suspects avaient été arrêtés par les forces de l’ordre ce mercredi. Le résultat de deux mois d’enquête. Les interpellés auraient commis six vols dans des boutiques de luxe. Au total, ils auraient dérobé 150 000 euros de vêtements.

Vendredi, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour "vols aggravés" ainsi que "violences en réunion sans interruption temporaire de travail". Parmi les suspects, un a été mis en examen par le juge d’instruction pour violences sans incapacité temporaire de travail.

Trois mineurs parmi les interpellés

Parmi les trois interpellés, on retrouverait trois mineurs. La majorité des mis en examen viendrait du XXe arrondissement de Paris. La bande ne s’attaquait qu’aux boutiques de luxe. Le 11 décembre, les images de leur attaque de la boutique Moncler dans le VIème arrondissement avait le tour des réseaux sociaux.

Mais les dix voleurs auraient dérobé des biens dans trois autres boutiques de la marque, et auraient pillé deux magasins Prada auparavant, dont l’un à deux reprises.

Les suspects des vols ont été identifiés grâce à l’analyse d’images de vidéosurveillances des magasins ciblés et de la RATP. Des investigations de téléphonie ont aussi aidés les enquêteurs a indiqué une source proche du dossier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers