Gastronomie : le chef parisien Taku Sekine s’est suicidé

Le chef parisien Taku Sekine a mis fin à ses jours, a annoncé sa compagne sur les réseaux sociaux. Chef du restaurant Dersou, dans le XIIe arrondissement, il était l'une des étoiles montantes de la gastronomie parisienne.

Une figure montante de la gastronomie parisienne a mis fin à ses jours. Taku Sekine, 39 ans, chef du restaurant Dersou, dans le XIIe arrondissement de la capitale, s'est suicidé, a annoncé ce mardi sa compagne sur les réseaux sociaux.

Dans un message posté sur Instagram, celle-ci déclare que le chef, "a mis fin à ses jours, emporté par une grave dépression consécutive à sa mise en cause publique" sur fond de rumeurs de violences sexuelles.
 
© Capture d'écran du communiqué divulgué par l'épouse de Taku Sekine sur Instagram.

"Les conditions de la mort de Taku SEKINE ne sont ni ordinaires ni accidentelles. Taku SEKINE a mis fin à ses jours, emporté par une grave dépression consécutive à sa mise en cause publique - sur les réseaux sociaux et sur un site spécialisé -, avec une récurrence s'apparentant à un véritable acharnement. Certains acteurs, notamment de la presse, ont sciemment, en quelques semaines et en l'absence totale de plainte, ruiné la réputation de Taku SEKINE.
 
Ces personnes mal intentionnées, bafouant toute déontologie et toute règle de respect de la présomption d'innocence, ont fait courir des ragots mensongers sur les réseaux sociaux et ont organisé une brutale campagne de destruction du réseau de Taku SEKINE, appelant chaque acteur du milieu de la gastronomie pour répandre des calomnies et les mettant en garde de travailler avec lui. Ils n'ont bien sûr jamais osé le contacter directement"
, a affirmé l'épouse du chef sur son compte Instagram. 

Une enquête publiée au cœur de l'été

Au mois d'août le journal gastronomique en ligne Atabula publiait une grande enquête consacrée aux violences sexuelles en cuisine. Le nom du chef n'y était pas mentionné, aucune des personnes interrogées n'ayant porté plainte. Quelques semaines plus tard, face aux spéculations, le journal décide de dévoiler l'identité du chef, avec l'explication suivante  : "Il y a quelques semaines, nous avons publié une longue enquête sur les violences sexuelles en cuisine, et que de nombreux noms ont été cités pendant les multiples entretiens menés. Un seul revenait sans cesse, avec des faits précis et graves. Ce nom lâché ne sortait donc pas de nulle part, il était le fruit d’un travail journalistique, avec des sources croisées. Peut-être aurions-nous dû publier son nom à ce moment-là. Mais tel n’a pas été mon choix, espérant peut-être que d’autres s’en chargeraient et que, surtout, cela pousserait les victimes à déposer plainte, un acte aussi difficile que salutaire."

Né au Japon, Taku Sekine s'était formé à la cuisine aux côtés d'Alain Ducasse et d'Hélène Darroze, avant d'ouvrir Dersou, micro-restaurant élu Meilleure Table du Fooding en 2016. Trois ans plus tard il inaugure, Cheval d'Or, cantine chic franco-asiatique du XIXe récompensée du Fooding d'honneur 2020. Ce site lui a donné " la possibilité d’élargir [sa] palette créative et de se confronter à d’autres challenges culinaires", affirmait-il dans une interview accordée à GQ, qui plaçait parmi les 25 personnes les plus influentes de la gastronomie.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture faits divers