• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Gilets jaunes : la police lance une enquête après des propos antisémites dans le métro

Le métro parisien (illustration). / © JOEL SAGET / AFP
Le métro parisien (illustration). / © JOEL SAGET / AFP

Un journaliste de 20 Minutes explique avoir été témoin de propos antisémites, ce samedi 22 décembre dans le métro parisien, de la part de trois hommes portant des gilets jaunes, et ce en marge des manifestations dans la capitale.

Par France 3 Paris IDF

La scène, apparemment survenue ce samedi soir en marge de l’« acte 6 » des manifestations des gilets jaunes, se serait déroulée sur la ligne 4 du métro parisien.

Comme l’explique Thibaut Chevillard, un journaliste de 20 Minutes, trois hommes « un peu éméchés » ont commencé par mimer au milieu des passagers des « quenelles », un geste inventé par l’humoriste controversé Dieudonné et interprété comme antisémite par certains.
C’est alors qu’une « petite vieille, cheveux grisonnants, le dos voûté », visiblement choquée par la scène, s'est levée pour faire stopper ce qu’elle percevait alors comme une provocation :

Ce geste est un geste antisémite. Je suis juive, j'ai été déportée à Auschwitz, je vous demande d'arrêter.

 

Des propos sur les chambres à gaz

Toujours selon le journaliste, les trois hommes ont continué le geste, ri face à la femme et l’un d’entre eux a visiblement même fini par répondre « que les chambres à gaz n'existaient pas ». Insultée à plusieurs reprises, la dame a fini par retourner s’assoir avant de descendre « silencieuse, tête baissée » du métro.
Les trois individus, eux, descendront un peu plus loin après avoir scandé des slogans appelant à la démission d’Emmanuel Macron, à la station Montparnasse-Bienvenüe de la ligne 4, pour disparaître finalement au milieu de la foule.

Sur les réseaux sociaux, où Thibaut Chevillard fait le récit de la discussion, les réactions se sont multipliées ce dimanche. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a notamment qualifié la scène d’« ignoble et insoutenable ».

La police enquête sur les bandes des caméras de surveillance

Une enquête a également été ouverte par la préfecture de police de Paris, confiée à la police régionale des transports.
Nos confrères de Franceinfo, qui ont contacté le journaliste de 20 Minutes, relayent que les policiers ont apparemment commencé à exploiter les différent témoignages de la scène, ainsi qu’à étudier les bandes des caméras de surveillance dans les couloirs du métro.

 

Sur le même sujet

Portrait du sculpteur Denis Monfleur dans son atelier

Les + Lus