Arrêt cardiaque, épilepsie...les effets (pas si drôles) du gaz hilarant

France 3 Paris Île-de-France a interrogé le professeur Amine Benyamina, psychiatre-addictologue au sein de l’hôpital Paul Brousse (AP-HP), à Villejuif (Val-de-Marne).

Lundi 20 septembre, vers 21h30, une automobiliste avait percuté cinq piétons sur l’avenue des Champs-Élysées, à Paris. Trois d’entre eux ont alors été hospitalisés dans un état grave. La conductrice, choquée, avait été transportée à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) avant d'être placée en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que la conductrice avait inhalé du protoxyde d’azote – plus couramment appelé "gaz hilarant" – un produit surtout connu pour son détournement, essentiellement par des jeunes mineurs, pour son côté euphorisant.

Explications sur ses effets avec le professeur Amine Benyamina, psychiatre-addictologue au sein de l’hôpital Paul Brousse (AP-HP), à Villejuif (Val-de-Marne).

Quel est l’usage originel du protoxyde d’azote ?

Originellement, en pratique médicale, ce gaz hilarant est utilisé en anesthésiologie, en prémédication. Ce sont essentiellement les spécialistes qui l’utilisent. On également en trouver dans les domaines de la pâtisserie et de la mécanique automobile (les tubes d'aciers qui en contiennent s'achètent facilement à la vente dans les grandes surfaces. Il est utilisé en cuisine pour les siphons de chantilly, ndlr).

Quels sont les dangers à forte dose ?

A forte dose et de façon répétée, il y a des risques d’arrêt cardiaque ou encore de crises d’épilepsie. En forme aigüe, il y a des problématiques qui peuvent intervenir sur le plan neurologique — puisque c’est une substance neurotoxique. L’utilisation à forte dose et de façon répétée peut également entraîner un phénomène d’anxiété chez la personne. Le protoxyde d'azote peut parfois entraîner de la confusion, mais cela dépend de la personne et de la possibilité de consommation d'autres substances associées.

Le protoxyde d'azote est-il listé comme stupéfiant ?

Non. C’est un produit qui est détourné. Il le deviendra probablement à un moment ou à un autre si on continue à faire des recueils de données dans ce sens.

Le gaz hilarant a-t-il un effet d’accoutumance au même titre - par exemple - que la cigarette ?

On retrouve quelques symptômes un peu addictifs, faibles, mais existant, chez les consommateurs réguliers. Les mécanismes qui provoquent cette addiction demeure à l’heure actuelle assez obscur. Mais on se rend compte que certains prennent goût au produit et renouvellent l’expérience. C’est encore une piste de recherche.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers