Attentats du 13-Novembre : la nouvelle task force pompiers-police au secours des victimes

Les groupes d'extraction spécialisés à l'entraînement dans une caserne. / © France 3 Paris IDF
Les groupes d'extraction spécialisés à l'entraînement dans une caserne. / © France 3 Paris IDF

Comment limiter le nombre de victimes, lors d'une attaque terroriste, en permettant aux services de secours d'intervenir plus rapidement ? C'est en 2016, au lendemain des attentats du 13-Novembre, que sont nés les groupes d'extraction spécialisés des pompiers, formés par la BRI. Immersion inédite.

Par France 3 Paris IDF/LB et ET

En 2015, avec les attentats du 13-Novembre, la France a dû faire face à une tuerie de masse sans précédent. Un bilan dramatique : 130 morts et 350 blessés. Un drame rapidement suivi d'une réflexion majeure : comment limiter le nombre de victimes en permettant aux services de secours d'intervenir plus vite sur les lieux de l'attaque ?
C'est pour répondre à cet impératif qu'ont été créés à Paris les groupes d'extraction spécialisés des sapeurs-pompiers, dès 2016. Formés par les policiers de la BRI, l'ex-antigang de la Préfecture de police, les pompiers de trois casernes périphériques à la capitale sont en mesure d'intervenir au coeur du lieu d'une attaque, pour extraire les victimes et prodiguer les premiers soins... Sans attendre que les assaillants soient neutralisés.

Casques et gilet par-balles ​

Munis d'équipements balistiques - casques et gilet par-balles - les sapeurs-pompiers sont en mesure d'intervenir sur les lieux d'une attaque terroriste, dans la mesure où ces lieux sont sécurisés par les policiers. Lors de ces interventions, les pompiers sont alors protégés par des policiers : le jour, la compagnie de sécurisation et d'intervention ; la nuit, la BAC nuit. 

La Jordanie et le Brésil intéressés

Des pompiers au coeur d'une opération d'intervention, avant que le danger soit neutralisé... L'idée a été adoptée, et adaptée, par la police de New York. Une expérience également présentée au Parlement européen, en présence de tous les ministres de l'Intérieur des pays-membres. Britanniques et Belges travaillent d'ailleurs déjà à l'adaptation de ce modèle de collaboration.

Mais au-delà du Vieux continent, la Jordanie et le Brésil se disent aussi intéressés par cet exemple de travail, main dans la main, des services de sécurité et de secours.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le défi cycliste d'Eric, pompier qui roule pour les orphelins des soldats du feu

Les + Lus