Confinement : une nouvelle attestation de déplacement en version numérique disponible à partir de lundi

Une attestation en version numérique pourra être présentée sur smartphone ou tablette aux policiers. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Une attestation en version numérique pourra être présentée sur smartphone ou tablette aux policiers. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Il n'est plus obligatoirement nécessaire de présenter une attestation papier pour pouvoir se déplacer. Une version numérique est disponible depuis ce lundi 6 avril.

Par MT

D'abord annoncé au début du confinement et finalement annulée, une version numérique est enfin disponible depuis ce lundi 6 avril. Cette attestation ne remplacera pas celles en version papier mais s'ajoutera au dispositif.

Cette version est "à l'image de la version papier" sous forme de PDF et ne peut être présentée sur un smartphone ou une tablette. Pour éviter que les usagers ne la remplissent à la dernière minute, le "document comporte automatiquement un QR Code comprenant l’ensemble des données du formulaire, ainsi que la date et l’heure de génération du document" que les policiers pourront scanner en cas de contrôle, affirme un communiqué du ministère de l'Intérieur.
 

Pas de collecte des données

Le ministère explique avoir préféré ce type d'attestation plutôt qu'une application dédiée : "La solution du formulaire est en effet parue plus simple à utiliser pour le plus grand nombre et permet de faciliter les éventuelles mises à jour au cas où l’attestation viendrait à évoluer".

Si cette version numérique vient faciliter les démarches des personnes qui ne possèdent pas d'imprimante (jusqu'à présent, ils devaient recopier une attestation de façon manuscrite), elle pose la question de la sécurité des données privées.
Dans ce communiqué, Christophe Castaner affirme que le formulaire "est protecteur des données personnelles, car aucun stockage de données n’est réalisé".

Le ministre avance d'ailleurs que c'est en raison de la protection des données qu'il a d'abord "refusé les solutions d’attestations numériques", "parce qu’elles ne protégeaient pas les données personnelles. Parce qu’elles augmentaient les risques de fraude. Parce qu’il s’agissait de mettre en place le confinement et de le faire appliquer."
Selon lui, "les enjeux et les principes du confinement semblent être désormais compris et globalement respectés par les Français", ce qui permet "d’autoriser la mise en place d’un dispositif numérique".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus