Île-de-France : Moins de métros et trains à partir de demain lundi 1er mars

En raison de l’épidémie de coronavirus, la fréquentation des métros et des trains est en baisse. Île-de-France Mobilité s’adapte et réduit de 10 % le trafic des métros en journée, sauf pour les lignes très fréquentées comme la 7, la 13 ou le RER B.

Le métro en avril 2020, la fréquentation a chuté en raison de l'épidémie.
Le métro en avril 2020, la fréquentation a chuté en raison de l'épidémie. © Martin BUREAU / AFP

Dès demain lundi 1er mars, il faudra s’armer d’un peu de patience et attendre sa rame quelques minutes supplémentaires sur les quais du métro parisien entre 10 heures et 16 heures.

Rien ne change sur les lignes les plus fréquentées

Île-de-France Mobilité

Île-de-France Mobilité prévoit une baisse de 10 % son offre de transport en journée. Sauf pour des lignes très empruntées comme la 7, la 13 et le RER B, bien souvent saturées.

L'autorité régulatrice des transports en Île-de-France ajuste son offre de transport à la fréquentation en baisse d’environ 50%  des voyageurs depuis 2019, avant la pandémie. Des usagers qui préfèrent utiliser leur voiture, leur vélo ou qui bénéficient du télétravail.

Une décision dénoncée par certaines associations d’usagers

Cet ajustement inquiète l’association SOS Usagers présidé par Jean-Claude Delarue. Selon lui, la baisse de trafic pourrait entrainer "des concentrations de voyageurs et des problèmes de distanciation". Des risques sanitaires pour les salariés de la RTP dénoncés également par l’Unsa Traction Ratp.

Côté SNCF, l’offre des transiliens sera prochainement réduite. L'impact pourrait être plus importants pour les usagers estime la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT). "Dans le métro la diminution d’offre de 10 % sera peu perceptible, peu d'usagers seront impactés. Par contre sur les lignes de RER et du Transilien, il pourrait y avoir des temps d’attente de 15 à 30 minutes; cela est encore raisonnable, mais sur d'autres lignes les temps d'attente entre chaque train pourront atteindre les 60 minutes. Cela posera des problèmes aux voyageurs. Ces mesures d’économies auront un impact visible", explique Marc Pelissier Secrétaire général IDF de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports.

Île-de-France Mobilité n'a pas encore annoncé de dates concernant la réduction de l'offre de transport côté Transilien.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports covid-19 santé société