Un châtaignier des Yvelines élu plus bel arbre de l'année

Publié le Mis à jour le

Depuis 10 ans, le concours "Arbre de l'année" récompense des arbres de différentes régions de France. Les arbres sont sélectionnés pour leur qualité esthétique, biologique, historique… Le prix du public cette année revient à un châtaigner, vieux de 300 ans, enraciné sur la commune de la Celle-Saint-Cloud dans les Yvelines.

Il est presque aussi large que haut et vieux de plus de 300 ans. Le grand châtaignier de la place Audran à la Celle-Saint-Cloud est désormais célèbre, distingué comme "Arbre de l'année".

Chaque année, le jury, composé de l’ONF, de l’association A.R.B.R.E.S remarquables, de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et de Terre Sauvage, sélectionne un arbre par région. En septembre, sur les 200 arbres proposés, treize arbres ont été retenus par le jury qui a ensuite soumis son choix aux votes du public du 2 novembre au 4 janvier dernier. 

7754 votes en faveur du châtaigner des Yvelines

Le prix du public a donc été cette année décerné à ce châtaigner installé dans la commune de la Celle-Saint-Cloud dans les Yvelines. Le public a largement plébiscité cet arbre remarquable en lui accordant 7754 votes sur un total de 23000 votes.

Le grand châtaignier de 25 mètres de large pour 20 mètres de haut, aurait été planté sous Louis XIV, il est situé dans un quartier résidentiel bien nommé "La Châtaigneraie". "Autrefois, il y avait ici des bois et de vastes pâtures et ce châtaignier a pu se développer tout à son aise au beau milieu d’une prairie. D’arbre des champs, il est ainsi devenu arbre de ville", racontent le magazine Terre Sauvage et l’Office national des forêts (ONF) qui organisent depuis dix ans ce concours.

Alain Baraton est né dans ce quartier, tout près de la place Audran. Depuis toujours, il connait cet arbre imposant, confie-t-il au journaliste de France 3 Ile-de-France Antoine Marguet. Ce passionné qui officie comme jardinier en chef du Trianon et du Grand Parc de Versailles raconte l'histoire de ce châtaigner et de tous ceux qui l'entouraient.

"Sous Louis XIV et Louis XV, ils étaient plantés en nombre et permettaient d'offrir au peuple des châtaignes et de faire de la farine. C’était l’une des méthodes pour lutter contre les famines qui sévissaient dans le pays", précise-t-il.

A travers ce concours "Arbre de l'année", il apprécie l'idée que l'on parle des arbres. Pour lui, c'est la meilleure protection que l'on puisse leur apporter. "L'idée qu’on puisse élire un arbre me fait grandement plaisir", dit-il, " je pense que la meilleure protection qu’un arbre puisse espérer obtenir c’est la reconnaissance du public, lorsque l’arbre fait l’adhésion autour de sa présence et devient bien difficile de le couper sous des prétextes futiles", observe-t-il.

Exposition photographique sur le parvis de la gare de Lyon

Cet arbre n'est pas le seul à avoir eu une distinction. Un châtaignier de Celles-sur-Belles dans les Deux-Sèvres a reçu le prix du jury et le prix coup de cœur a été décerné à un frêne situé à Vence dans les Alpes-Maritimes. Un prix d'honneur a également été remis en hommage à Robert Bourdu, un professeur de physiologie végétale pour avoir sauvé le vieux-chêne d'Allouville-Bellefosse en Seine-Maritime.

Pour découvrir les arbres lauréats du concours 2021, sachez que vous pouvez retrouver leurs clichés, exposés du 20 janvier au 20 mars 2022 sur le parvis de la Gare de Lyon à Paris.