La grève dans les transports a-t-elle fait augmenter le nombre de cyclistes à Paris ?

De nombreux usagers des transports ont adopté le vélo pendant les grèves des transports à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP
De nombreux usagers des transports ont adopté le vélo pendant les grèves des transports à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Selon de premiers chiffres de la mairie de Paris, il n'y aurait pas de hausse significative du nombre de cyclistes à Paris depuis le rétablissement des transports dans la capitale.

Par MT

Des files de cyclistes attendant aux feux rouges, une explosion des ventes de vélos et des compteurs qui explosent. Conclusion : les Parisiens se convertissent aux mobilités douces. Il est vrai que pendant les grèves, les chiffres montrent une forte augmentation de la pratique du vélo.

Alors qu'en novembre 2019, la moyenne mensuelle des comptages vélos horaires est de 43.36, elle est de 89.92 et 88.98 en décembre 2019 (la grève a débuté le 5 décembre) et janvier 2020. Mais depuis l'essoufflement du mouvement, début février, le chiffre est retombé à 46.2, à peine plus qu'avant le début de la grève.

Certains axes ont connu une hausse spectaculaire de passages. Il en est de celui du quai d'Orsay par exemple. Une hausse qui s'explique aussi car l'axe a été relié aux pistes situées sur le quai Branly et qui permettent aux cyclistes de circuler tout le long de la Seine. L'inauguration est tombée à pic … début décembre 2019.

Plus que la grève, les infrastructures

Les grèves sont souvent considérées comme des déclencheurs à la pratique du vélo. Le phénomène est désormais vérifié pour l'achat d'un engin mais de nombreux consommateurs sont prompts à le ranger une fois le mouvement social fini.

"Ce qui favorise surtout le vélo à Paris, c'est la modération du trafic automobile", affirmait ainsi Frédéric Héran, maître de conférences à l'université de Lille 1* à Parigo début janvier.

La montée progressive du vélo s'accompagne d'ailleurs de ce phénomène dans la capitale : "Il y a eu d'énormes progrès, le trafic automobile a baissé de moitié depuis 1990 dans Paris intramuros et globalement en Île-de-France, le trafic auto n'augmente plus", pôursuit-il.

Autre revendication des associations de cyclistes : la sécurisation des pistes. "Seul un réseau continu et sécurisé de pistes cyclables en site propre permettra aux Français d’adopter massivement le vélo comme l’ont fait les Danois ou les Hollandais", déclarait ainsi Alexis Frémeaux, président de l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette en août 2018.

*Il est aussi l'auteur de l'ouvrage Le retour de la bicyclette : Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050 (éditions La Découverte).

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus