Incendie de Notre-Dame de Paris : où en est l'enquête judiciaire ?

Quatre ans après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019, les investigations menées par trois juges d'instruction se poursuivent pour déterminer l'origine du sinistre. De nouvelles expertises ont été ordonnées.

Le 15 avril 2019, l'édifice vieux de plus de 850 ans et célèbre dans le monde entier, alors en travaux de restauration, s'était embrasé et avait perdu sa flèche, sa toiture, son horloge et une partie de sa voûte, ravagées par les flammes.

Trois juges d'instruction nommés en juin 2019

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris après l'incendie pour déterminer l'origine du sinistre. Deux mois plus tard, en juin 2019, les investigations ont été confiées à trois juges d'instruction aux prérogatives plus larges.

Leurs investigations portent sur le chef d'incendie provoqué par la violation manifestement délibérée d'une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, intervenu dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel.

Au terme de l'enquête préliminaire, le procureur de Paris de l'époque, Rémy Heitz, a alors indiqué privilégier la piste accidentelle, évoquant un mégot mal éteint ou un dysfonctionnement électrique.

De nouvelles expertises

Depuis le début de l'enquête, la brigade criminelle a réalisé de très nombreux prélèvements dans les centaines de mètres cubes de décombres, dans des conditions parfois difficiles, compte tenu de la fragilité de l'édifice. Des policiers ont même été formés par des cordistes pour procéder, en rappel, à la collecte d'indices, au-dessus des voûtes, à l'équilibre précaire. "Au cours de l'année écoulée, l'intégralité des zones a pu être déblayée" sans néanmoins révéler "de nouvel élément susceptible d'être exploité", a souligné une source judiciaire proche de l'enquête. Et aujourd'hui, rien ne semble accréditer la piste criminelle.

"De nombreuses expertises sont toujours en cours, de nouvelles ont été ordonnées", a-t-elle encore indiqué. "Les unes ont pour objectif d'affiner la zone et l'instant du départ des flammes. Les autres visent, par analyse des scellés, à déterminer les causes matérielles de l'incendie", a-t-elle précisé.

Le système de sécurité de la cathédrale en question

Plusieurs défaillances dans la sécurité de la cathédrale ont été identifiées, notamment dans le dispositif d'alarme de l'édifice, ce qui a contribué à retarder l'appel aux pompiers le jour de l'incendie, ou sur le système électrique d'un des ascenseurs. 
Ces dysfonctionnements ne sont vraisemblablement pas à l'origine de l'incendie, mais ont pu permettre aux flammes de se propager dans l'édifice.

Par ailleurs, une juge d'instruction parisienne enquête sur la pollution au plomb aux abords de la cathédrale liée à l'incendie, suite à une plainte accusant les autorités de n'avoir pas pris toutes les précautions pour éviter des contaminations.

Avec AFP

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité