JO de Paris 2024 : au Crous ou dans un logement privé, les étudiants sommés de quitter la capitale

Plus sur le thème :
durée de la vidéo : 00h01mn31s
T'es étudiant à Paris pendant les JO ? Mag Immo ©France 3 PIDF

Être étudiant à Paris durant les Jeux Olympiques semble être un parcours du combattant. Entre ceux qui sont obligés de quitter leur logement et ceux que l'on appelle à rejoindre les forces actives de l'évènement, quelles solutions sont proposées aux jeunes franciliens cet été ?

Avant le début des Jeux, 3 000 étudiants doivent être recrutés pour être formés au métier d'agent de sécurité durant les évènements sportifs. En parallèle, des chambres du Crous vont être réquisitionnées pour loger le personnel des JO, quitte à mettre à la porte 2 200 étudiants.

Le centre régional des oeuvres universitaires et scolaires tient néanmoins à précier que "tous les étudiants qui le souhaitent seront relogés en région parisienne sans surcoût dans des logements correspondant à leur choix". Le Crous assure agélement que "les changements de résidence se feront sans aucun surcoût" et que le centre prendra en charge le déménagement des étudiants vers leur nouveau logement Crous. 

Soignants, pompiers, sécurité civile et policiers dormiront donc dans des appartements souvent réservés à des étudiants précaires et boursiers. En échange de leur logement, chaque étudiant recevra un chèque de 100 euros et deux places pour une épreuve olympique. Une compensation bien loin de couvrir les besoins des jeunes concernés.

Malgré le recours d'associations, le Conseil d'Etat a validé le projet. En 2024, les contrats de location du Crous s'arrêtent ainsi au 30 juin de cette année. Les années précédentes, le même contrat pouvait s'étendre jusqu'au 31 août.

Mieux au Crous ou en privé ?

Les étudiants qui louent des biens privés, eux, sont de plus en plus nombreux à devoir faire face aux propriétaires souhaitant libérer le logement pour le mettre à disposition des 16 millions de touristes attendus à la capitale. Une location différente mais qui leur garantit une plus grande rentabilité, dans certains arrondissements, le prix à la nuit d'un deux-pièces peut dépasser les 2 000 euros, une chambre de bonne peut, elle, se louer jusqu'à 500 euros.

Pour ne rien louper de l'actualité immobilière de votre région, tous les samedis à 13.00, sur France 3 Paris Île-de-France, Le Mag Immo fait le point avec vous et en replay sur france.tv/idf

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité