JO de Paris 2024 : "Les jours de compétition, ce sera compliqué de circuler dans Paris", avertit Clément Beaune

Plus sur le thème :

En prévision des JO de Paris 2024, le ministre délégué aux Transports Clément Beaune annonce des plans de circulation dans la capitale au plus tard début décembre. Des dérogations et des règles particulières devraient s'appliquer "pour les professionnels et ceux qui (..) approvisionnent".

Clément Beaune, qui s'exprimait dans le cadre du premier congrès du Groupement des hôtelleries et restaurations de France, a précisé avoir tenu mardi matin "une réunion avec l'ensemble des acteurs du transport et le préfet de police de Paris".

"D'ici la fin novembre, au plus tard tout début décembre, les plans de circulation dans Paris tant attendus seront présentés. Je ne vous cache pas que ces plans de circulation, (...) ils seront hardcore", a indiqué le ministre aux professionnels, qui attendent ces plans notamment pour leurs livraisons. "Les jours de compétition, ce sera compliqué de circuler dans Paris", a-t-il admis.

"Des régles particulières pour les professionnels"

"Il y aura évidemment à la fois des dérogations, des règles particulières pour les professionnels", avec "une phase de consultation jusqu'au début de l'année prochaine", a-t-il ajouté. "Ensuite, il y aura une campagne d'information à la fois sur l'anticipation des jeux, comment faire en sorte qu'on ait un peu moins de déplacements (...) superflus pendant les Jeux", et "pour expliquer ce qui se passe pendant les Jeux : les plans, les dérogations, ceux qui ont le droit de circuler", a-t-il détaillé.

"Il y aura une attention particulière, et dans les dérogations, et dans la communication amont, pour les professionnels et pour tous ceux qui vous approvisionnent", a ajouté Clément Beaune à l'adresse des professionnels du secteur.

Une taxe de séjour attendue à la hausse

Le ministre a par ailleurs été interpellé par les professionnels sur la hausse attendue de la taxe de séjour à Paris, pour financer les transports en Île-de-France."Il n'y avait pas de solution parfaite", a-t-il reconnu, "il fallait que quelqu'un paie" et "je ne crois pas que c'était soutenable d'avoir un pass Navigo qui serait passé entre 120 et 130 euros dans les quatre à cinq années qui viennent", a-t-il expliqué.

"L'idée avec la taxe de séjour, et quand on se compare à d'autres métropoles européennes, elle n'était pas très élevée, c'est que les touristes contribuent au financement de transports publics supplémentaires", a-t-il ajouté, reconnaissant : "Je sais que ce n'est pas du tout anodin".
 


 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité