Le prix du stationnement des SUV va augmenter à Paris

Le prix des places de parking calculé en fonction du modèle de sa voiture : la mesure a été votée ce jeudi lors du Conseil de Paris, qui devrait appliquer une nouvelle tarification, plus élevée, aux voitures les plus volumineuses de la capitale.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le Conseil de Paris a voté ce jeudi une nouvelle réglementation pour rendre plus chères les places de stationnement aux propriétaires de SUV (Sport Utility Vehicule). Une proposition des écologistes, qui devrait s'appliquer à partir du 1er janvier 2024.

Une tarification progressive qui se ferait en fonction de plusieurs critères, comme le poids et la taille du véhicule. Mais également sa durée de stationnement, ou encore au regard de son moteur. Des mesures dérogatoires seraient toutefois possibles pour les familles nombreuses ou au regard des revenus.

Des véhicules à contresens des objectifs climatiques

Les SUV, ces petits 4x4, sont dans le viseur de cette réglementation, alors que leur nombre ne cesse d'augmenter dans la capitale. En France en 2019, 46% des propriétaires de SUV étaient immatriculés à Paris.

Pour David Belliard, adjoint à la mairie de Paris en charge de la transformation de l’espace public et des mobilités, les SUV à Paris "vont à l'encontre de l'adaptation de la ville au dérèglement climatique". Dans un tweet publié ce jeudi, il insiste : "Ni chemins de terre, ni routes de montagne. Définitivement, les SUV sont inutiles à Paris. Pire, ils sont dangereux, occupent beaucoup d'espaces, nécessitent trop de ressources pour être fabriqués. À l'image de Lyon, nous travaillons à rendre leur stationnement plus coûteux."

Une mesure qui permettrait ainsi de limiter l'usage de ces véhicules très polluants, comme le rappelle un article de Franceinfo. En 2019, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estimait que les SUV étaient "les deuxièmes contributeurs de l'augmentation des émissions de CO2 au niveau mondial depuis 2010".