Les locations saisonnières se multiplient à un an et demi des Jeux Olympiques

Pour de nombreux propriétaires, les grands évènements sportifs comme les Jeux Olympiques de Paris 2024 ou encore la Coupe du Monde de Rugby 2023 sont l'occasion de mettre un peu de beurre dans les épinards en louant leur appartement à des prix plus élevés.

À 34 ans, Stéphane est cadre dans un grand groupe français du quartier de la Défense à Paris. Louer son appartement via des plateformes en ligne est l’occasion pour lui de mettre un peu de beurre dans les épinards surtout en cette période d’inflation : "Ça me permet d’avoir une trésorerie ou de financer des week-ends à l’étranger quand je ressens le besoin de souffler", explique-t-il.

Cela fait trois ans qu'il propose son appartement de 60m2 situé dans le quartier des Batignolles à 140 € la nuit. Mais pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, qui se dérouleront du 26 juillet au 8 août 2024, il compte bien proposer son logement à un tarif plus élevé : "Je n’ai pas encore réfléchi à un montant précis, mais c'est l'occasion d'augmenter mes prix ", ajoute-t-il en souriant.

Vincent, lui, loue depuis sept ans son appartement du quartier Oberkampf, dans le 11ème arrondissement de Paris. Pour ses 40m2, il demande entre 140 € et 170€ la nuit. Il souhaiterait louer son appartement à des familles d'athlètes : "Je n'ai pas augmenté mes tarifs depuis 2019. Je compte le faire mais ce ne sera pas exorbitant. Au lieu de 140 €, j'en réclamerai 150€. Je veux que mon appartement reste accessible aux voyageurs qui veulent visiter Paris et ses alentours". À 63 ans, il est très investi dans ses locations et espère rendre agréable les séjours de ses locataires. 

Comme Stéphane et Vincent, de nombreux propriétaires franciliens, les JO sont une aubaine. Ils espèrent profiter des Jeux Olympiques de Paris 2024 pour louer leur résidence principale ou secondaire à des prix plus avantageux.

De l’esprit "Emily in Paris" à "Calamity in Paris"

Lorsque l’on compare les prix des locations saisonnières sur différentes plateformes en ligne pour la période du 26 juillet au 8 août 2023, à Paris les prix varient de 50 € à 300€ la nuit.

La même recherche effectuée cette fois-ci pour l’année 2024 affiche des tarifs beaucoup plus élevés allant de 200€ à 1000€ la nuit. Certains propriétaires vont mêmes jusqu'à proposer leur bien à plus de 10 000 € la nuitée. 

Pour l'économiste Marc Touati, tout repose sur la loi de l'offre et de la demande. Mais si un élément imprévu vient déstabiliser ce principe, on peut très vite passer de l'image idyllique "d'Emily in Paris" à "Calimity in Paris" : " Multiplier par trois ou par quatre le prix de son appartement pour les JO de Paris 2024 peut être un pari risqué. Rien ne dit que ce genre d'évènement sportif ne soit pas perturbé par des mouvements sociaux comme ceux que l'on observe actuellement dans la capitale ou dans le reste de la France". 

Selon l'une des plateformes de locations saisonnières contactée, un autre élément peut également influer sur les prix des locations : certains propriétaires attendent le dernier moment pour se décider à louer ou non leur appartement. 

"Tout le monde doit jouer dans la même catégorie"

Franck Delvaux, président de l’UMIH Île-de-France, ne sent pas forcément le secteur de l'hôtellerie professionnel menacé par ces hausses des prix. Les réservations dans les hôtels haut de gamme affichent déjà complets : "Chacun est libre de ses prix. Mais je ne suis pas sûre que cela soit bénéfique pour les clients des hôtels, ce n’est pas les fidéliser. Nous, professionnels de l'hôtellerie, misons sur la fidélité et le long terme."

Selon le Président de l'UMIH Île-de-France, la réglementation imposée depuis le 1er décembre 2017 aux propriétaires de logements principaux à Paris va dans le bon sens si elle est respectée : "Tout le monde doit jouer dans la même catégorie. Si les propriétaires qui passent par des plateformes de locations saisonnières font leur déclaration en bonne et due forme auprès de la mairie de Paris et que de leur côté, les plateformes fournissent bien à l'Etat la liste des appartements et chambres louées, alors il n'y a pas d'inquiétude particulière à avoir."

Depuis le 1er décembre 2017, les propriétaires de résidence principale qui souhaitent louer leur appartement doivent réaliser une télédéclaration obligatoire auprès de la mairie de Paris et faire figurer un numéro d'enregistrement sur leur annonce de location saisonnière également appelée meublé de tourisme.