Manifestations du 1er-Mai : des tensions en fin de cortège à Paris

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Taubert avec AFP

Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu dans le cortège principal.

Le cortège qui partait de la place de la République s'est scindé en deux peu après 17h alors que les organisations syndicales sont arrivées place de la Nation.

Selon franceinfo, des destructions ont eu lieu et des feux ont été allumés à plusieurs endroits sur des poubelles, des scooters ou des voitures et des pompiers pris à partie. Une façade d'agence immobilière a également été incendiée. Des personnes qui se trouvaient dans l'immeuble situé au-dessus de l'agence ont dû être évacuées.

Selon franceinfo, quelques scènes de pillages ont été aperçues dans certains magasins.

"Honte à la sauvagerie, incompréhensible cette nouvelle agression vis à vis des sapeurs-pompiers de Paris dans l’exercice de leurs fonctions, protéger les personnes, les biens de la Cité et le bon déroulement de la manifestation", ont réagi ce dimanche les Pompiers de Paris.

"Les violences parasites du 1er mai invisibilisent la marche des syndicats et servent la propagande à nos pires adversaires", a, quant à lui, indiqué Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.

Il estime par ailleurs que la préfecture de police n'a pas anticipé ces éventuels débordements : "Le préfet de police savait. Incapable de garantir le droit de manifester en paix".

Selon le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à 18h30, 29 personnes ont été interpellées.

La manifestation avait débuté dans le calme

La manifestation avait pourtant démarrée dans le calme ce dimanche vers 14h30 de la place de la République derrière une banderole "pour la paix, les libertés et contre les régressions sociales".

Elle a été organisée à l'appel de l'intersyndicale CGT-Unsa-FSU-Solidaires rejointes par les organisations étudiantes et lycéennes Unef, VL, MNL et FIDL. Les revendications portent autour des questions des salaires, des services publics, de protection sociale et de transition écologique.

Un important dispositif policier avait été déployé en raison de la possible formation de blocs radicaux au sein du cortège parisien, "susceptibles de s'en prendre aux forces de l'ordre et au mobilier urbain".

En 2021, les organisateurs avaient revendiqué plus de 170 000 manifestants, dont 25 000 à Paris. Le ministère de l'Intérieur avait quant à lui dénombré 106 650 manifestants en France, dont 17 000 dans la capitale.