• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Pour Noël, adopte un sapin !

Une start-up propose aux particuliers de "louer" un sapin de Noël. / © Arnaud Childeric
Une start-up propose aux particuliers de "louer" un sapin de Noël. / © Arnaud Childeric

Une start-up propose aux particuliers franciliens de louer leur sapin de Noël, plutôt que de l'acheter... Le principe : une fois les fêtes de fin d'année passées, les sapins en pot sont replantés ou bien recyclés. 

Par France 3 Paris IDF

Plutôt que d'acheter votre sapin de Noël, et si vous le louiez ? C'est que propose, depuis plusieurs années, une start-up, notamment aux habitants des régions parisienne et lyonnaise. Sur son site internet, l'entreprise Treezmas, désormais filiale d'un réseau de jardineries, préfère même parler, marketing oblige, d'"adoption" de ses conifères, qui mesurent de 70 centimètres à un peu plus de deux mètres.

Moyennant des prix allant de 54 à 124 euros, le client reçoit chez lui un sapin de trois ans à huit ans d'âge, de la variété Omorika ou Nordmann. Le conifère étant livré en pot, libre au particulier de le replanter dans son jardin ou de le remettre au fournisseur, une fois la période des fêtes de fin d'année achevée.

"La valeur du sapin de Noël"

La start-up, créée à Paris en 2012 par quatre jeunes entrepreneurs, a ainsi pris le parti de sensibiliser le public à "la valeur du sapin de Noël". Pour ce faire, l'arbre est livré avec une fiche mentionnant son "prénom", son âge, son "histoire", ainsi que des conseils d'entretien. En cinq ans, la jeune pousse a multiplié par cinq le nombre de ses sapins placés pour "adoption", de 350 jusqu'à 1.700 l'an dernier.

Le réveillon passé... C'est alors que se décide le sort du sapin, prénommé "Arthur", "Victor", "Léon" ou "Camille", précise Treezmas. S'il est en bon état, il pourra être replanté chez l'un des pépiniéristes d'origine, en Bretagne ou dans la Haute-Loire, avant d'être de nouveau proposé à la location.

Si son état ne le permet pas, l'arbre finira sa vie transformé en copeaux de bois. Comme beaucoup d'autres sapins de Noël égarés sur nos trottoirs, en début d'année.

Sur le même sujet

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus