Paname : autour de la rue de Bretagne

Publié le

Entre commerces de bouche raffinés et concept-store pointus, le quartier autour de la rue de Bretagne cultive un mode de vie tout en élégance et en décontraction.

C’est une petite rue au cœur du Haut Marais. Petite mais fort connue ! Yvan Hallouin nous emmène flâner rue de Bretagne.  Entre commerces de bouche raffinés et concept-store pointus, ce quartier cultive depuis plusieurs années, un mode de vie tout en élégance et en décontraction.

Déambulation dans les allées du plus vieux marché couvert de Paris, le Marché des Enfants Rouges, à la rencontre d’Alain Roussel. Cet ancien boulanger puis psychothérapeute a fermé son cabinet en 2005 pour reprendre le stand de pain des Enfants Rouges. Il concocte un sandwich maousse qu’il garnit de bons produits en vrac mais avec générosité. Son « Miam-Miam » a été classé 3e parmi les meilleurs street-food d’Europe.

Faire du couteau un objet branché citadin, c’est l’idée de génie de Deejo. La marque de coutellerie française propose de configurer et personnaliser son couteau dans son atelier du Marais. La conception de cet objet unique se fait sous les yeux des clients. Retour sur l’histoire de la marque avec son co-fondateur Luc Foin. Il nous expliquera comment le Baladéo, le couteau de rando hyper léger qu’il a créé il y a 25 ans s’est mué en Deejo, un couteau tatoué que l’on s’arrache !

La rue de Bretagne longe le square du Temple et la mairie du 3e devenue en 2020 mairie de Paris Centre, nouvelle entité regroupant les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements. Le bâtiment est construit à l’emplacement de la tour du Temple, démolie en 1808. Frédérick Gersal reviendra sur son architecture particulière et l’histoire de ce donjon qui a donné son nom au quartier du Temple.

Yvan nous emmènera à la découverte d’un endroit insolite au charme délicieusement suranné : l’Officine universelle Buly 1803. Relancée en 2014 par Ramdane Touhami et Victoire de Taillac, la boutique inspirée par Jean-Vincent Bully, parfumeur emblématique du XIXème siècle, cultive un véritable art de vivre à la française. On y retrouve les produits raffinés de la marque, tous Made in France, mais aussi un café à l’ancienne, un atelier de fleurs séchées et une galerie temporaire.

Dans le quartier, tout le monde connaît le « Photographe ». Fabien Breuvart est installé depuis 17 ans dans une « échoppe corridor » reliant le marché des Enfants-Rouges à la rue Charlot. Après une carrière de journaliste et de photographe, il est devenu antiquaire de la photo, chineur d’images, revendeur de clichés trouvés, vendeur de photo vernaculaire…