Paris : les entreprises de free-floating devront bientôt s’acquitter d’une redevance

Les véhicules en libre-service se multiplient dans les rues de Paris depuis l'été dernier : la Mairie de Paris entend réglementer leur stationnement. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Les véhicules en libre-service se multiplient dans les rues de Paris depuis l'été dernier : la Mairie de Paris entend réglementer leur stationnement. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Avec cette mesure qui devrait bientôt être validée par le Conseil de Paris, la Ville de Paris entend notamment financer 2 500 espaces de stationnement pour les véhicules en libre-service.

Par Mathilde Brugniere

Trottinettes électriques, scooters ou autres vélos en libre-service essaiment dans la capitale depuis l’été dernier, sans qu’aucune réglementation spécifique n’existe pour contrôler les entreprises. C'est pour pallier ce problème que la mairie de Paris a déclaré jeudi vouloir faire payer une redevance aux entreprises de free-floating, afin notamment de financer des emplacements de stationnement pour ces véhicules.
Paris : les entreprises de free-floating devront bientôt s’acquitter d’une redevance
Intervenants : Christophe Najdovski, adjoint (EELV) à la maire de Paris, chargé des transports et des déplacements; Lucas Bornert, directeur général VOI France; Florence Berthout, maire (LR) du Ve arrondissement de Paris - France 3 Paris - Île-de-France - Fernando Malverde, Anaëlle Blanchard, Blandine Hermans et Sonia Barie
Elle espère, grâce à cette mesure, faire cesser le désordre qui règne parfois dans les rues de Paris. Nombre d’habitants se plaignent en effet de ces véhicules, garés de façon aléatoire, souvent en plein milieu des trottoirs.

De 20 à plus de 120 euros de redevance annuelle par véhicule

Concernant les tarifs, la Mairie indique que la redevance sera de 20 euros par an pour les vélos simples et électriques, 50 euros pour les trottinettes électriques, 60 euros pour les scooters électriques, et 120 euros ou plus pour les scooters classiques.

« On ne peut plus attendre la loi d’orientation des mobilités », a déclaré le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire jeudi lors d’une conférence de presse. Cette loi, déjà sur la table depuis un an, commence seulement à être examinée. Elle devrait être votée en juillet.

2 500 zones de stationnement à venir pour ces véhicules

La proposition de la Ville de Paris, qui devrait, elle, être approuvée la première semaine d’avril au Conseil de Paris, doit permettre de financer 2 500 espaces de stationnement pour les véhicules en free-floating. Ils seront construits entre les arbres, à 150 mètres les uns des autres. L’adjoint aux Transports et à l’Espace public Christophe Nadjovski a expliqué qu’ « à terme », le stationnement sera « obligatoire dans ces zones dédiées ».

La nouvelle législation permettra par conséquent la verbalisation et l’enlèvement des véhicules mal stationnés. Aujourd’hui, environ 15 000 véhicules de free-floating sont présents dans la capitale selon la mairie de Paris. Un chiffre qui pourrait monter à 40 000 dans les mois à venir.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus