• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Trottinettes, vélos. Comment mieux encadrer les déplacements en Free Floating à Paris

Quatre services de location de trottinettes électriques sont disponibles à Paris : Lime (comme ci-dessus), Bird et Bolt et Wind. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Quatre services de location de trottinettes électriques sont disponibles à Paris : Lime (comme ci-dessus), Bird et Bolt et Wind. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Trottinettes, vélos à Paris. Comment mieux encadrer les déplacements en Free Floating dans la ville et éviter que ces engins ne se retrouvent garer n'importe où sur l'espace public. La mairie de Paris a annoncé sept mesures visant à "encadrer les mobilités innovantes en free floating".

Par France 3 IDF / EB

Wind, Lime, Bolt, Bird… Les opérateurs de trottinettes en libre-service sont dans le collimateur de la mairie de Paris. Alors que de nouveaux moyens de transport urbain se développent à Paris, la mairie réclame une réglementation nationale pour combler le flou juridique de ces nouvelles pratiques. Actuellement la circulation des trottinettes électriques n'est pas inscrite dans le Code de la Route.

La mairie de Paris annonce 7 mesures  pour mieux encadrer ces nouvelles pratiques

Sont visées en particulier les trottinettes, depuis quelques mois elles envahissent les trottoirs et la Ville compte les verbaliser en cas de stationnement gênant ou de circulation au milieu des piétons. « Nous sommes très favorables à ces nouvelles mobilités, mais il n’est pas question que cela mette en danger les personnes les plus fragiles : les enfants, les personnes avec des poussettes ou les personnes âgées », affirme Grégoire Emmanuel (PS), premier adjoint au maire de Paris. 

La capitale va lancer une campagne de communication

Pour "assurer la sécurité des Parisiennes et des Parisiens" et "éviter une occupation chaotique des rues et des trottoirs", la Ville de Paris annonce la diffusion d’une campagne de communication qui conseillera le "port du casque à tous les usagers de trottinettes", (pour l'heure, le port du casque n'est pas obligatoire). Par ailleurs elle recommandera "la plus grande prudence"aux utilisateurs de trottinettes, elle demandera le "respect complet du Code de la route", et attirera "l’attention des usagers de trottinettes sur l’importance de faire spécifiquement attention aux piétons et notamment aux personnes les plus fragiles".

Où garer les trottinettes ?

Pour accompagner au mieux ces nouveaux dispositifs de mobilité, des solutions spécifiques de stationnement vont être proposées dans les semaines à venir explique la mairie. "Le stationnement des trottinettes électriques en free-floating sur les trottoirs est toléré, à partir du moment où il ne gêne pas manifestement la circulation des piétons" explique encore la mairie. Dans le cas inverse, la mairie de Paris se réserve le droit de les verbaliser et de mettre les véhicules gênants en fourrière.

La ville de Paris annonce aussi qu'elle va créer des places réservées aux trottinettes et vélos en libre-service. Les places seront identifiées et marquées au sol. Ce système est actuellement expérimenté dans les 2e et 4e arrondissements.

Flou juridique

Quelle est la réglementation pour la circulation de ces engins ? Jusqu'à présent, les trottinettes sans moteur sont considérées comme des piétons (et leurs usagers risquent une amende de … 4 euros en cas de non-respect d'un feu). En revanche, pour les trottinettes à moteur il y a un vide juridique.
 

Le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) va créer une nouvelle catégorie de véhicules

Les trottinettes électriques devrait bientôt sortir du vide juridique et faire leur entrée dans le code de la route. Hoverboard, trottinettes ou gyropodes vont devoir descendre des trottoirs. Mardi 23 octobre, la ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé la création d'une nouvelle catégorie de véhicules qui ne pourra plus circuler sur les trottoirs. 

Il est possible aux pratiquants de rouler sur les trottoirs mais à une vitesse maximum de 6 km/h. Et si votre engin roule à plus de 25 km/h, il doit, en principe, faire l'objet d’une déclaration auprès du ministère de l’Intérieur.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus