• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris - Des migrants montent un campement au Parc de la Villette pour “se rendre visibles”

Environ 120 personnes ont installé un campement dans le parc de la Villette. / © Sophie Maréchal - France 3 Paris - Île-de-France
Environ 120 personnes ont installé un campement dans le parc de la Villette. / © Sophie Maréchal - France 3 Paris - Île-de-France

Quelque 120 migrants ont installé dans la nuit de jeudi à vendredi un campement dans un site touristique parisien, le Parc de la Villette, afin de "ne pas rester invisibles" et réclamer des solutions d'hébergement.

Par MT/AFP

Affaires entassées dans des sacs de supermarchés, poussettes en main, ces migrants de tous horizons, dont une cinquantaine de familles, ont planté leurs tentes sur la pelouse située derrière la Grande Halle de La Villette, un endroit très passant et très fréquenté pendant l'été.

Tous ont pour point commun d'avoir déjà été hébergés par des "familles d'accueil", un hébergement "citoyen" organisé par l'association Utopia 56, qui a mis fin jeudi à cette solution car elle "ne veut plus se substituer à l'État", a expliqué Véga Levaillant, une responsable locale de l'organisation. "On veut se rendre visibles, pour que l'État prenne ses responsabilités", a-t-elle ajouté, en utilisant la lumière de son téléphone pour faciliter le montage d'une tente. 
 

Ils "font désormais partie du paysage nord-parisien"

"Les 1.000 tentes présentes aux portes de Paris et les dizaines de familles à la rue ne suscitent plus la moindre indignation et font désormais partie du paysage nord-parisien. Pour ne pas rester invisibles le long du périphérique et cantonnées dans un espace d'exclusion, ces familles ont décidé de s'établir dans un réel lieu de la vie parisienne", a encore souligné l'association, qui demande "un hébergement total, pérenne et inconditionnel".
Accroupie comme les autres migrants à deux pas du Canal de l'Ourcq pour ne pas attirer l'attention du service de sécurité, Awa Akpatcho, une Ivoirienne de 39 ans espère que le campement portera ses fruits: "Je dors dehors depuis 2017" et son arrivée en France, parfois dans une gare ou à la rue, "sauf de temps en temps quand Utopia me trouve une famille", explique cette mère de deux enfants en donnant le biberon à sa fille de 6 mois.

En juillet, une opération similaire de l'association dans un quartier proche des camps de migrants du nord-est parisien n'avait débouché "sur aucune solution". Cette fois, assure Utopia, le campement dans un lieu touristique "a vocation à durer jusqu'à ce qu'une proposition" d'hébergement soit faite.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

A Colombes et Asnières, des établissements dénoncent un manque de moyen et sont en grève ce mardi matin.

Les + Lus