• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris – Municipales 2020 : Benjamin Griveaux a-t-il une longueur d'avance sur ses rivaux ?

Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux en octobre 2017. / © Patrick KOVARIK / AFP
Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux en octobre 2017. / © Patrick KOVARIK / AFP

Parmi les trois démissionnaires du gouvernement, Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi briguent tous les deux l'investiture LREM pour être désigné candidat à la mairie de Paris. L'ancien porte-parole du gouvernement a annoncé officiellement sa candidature ce jeudi 28 mars.

Par Marc Taubert

Mounir Mahjoubi a-t-il été éjecté du gouvernement ? Derrière cette question s'en cache une autre, celle de la désignation du parti LREM comme candidat à la mairie de Paris. Car à la fin, ce sera bien le président de la République qui décidera qui affrontera l'actuelle maire, Anne Hidalgo (PS).

Selon des informations du Figaro (abonnés), Emmanuel Macron aurait donné un accord oral à Benjamin Griveaux pour se lancer pleinement dans la campagne municipale. L'ancien porte-parole du gouvernement a annoncé officiellement sa candidature ce jeudi soir dans un café de la place de la République, le Fluctuat Nec Mergitur (devise de la ville) : "Je vais mettre fin à un suspens absolument intenable, pour vous dire que oui, je suis candidat pour que les Parisiens retrouvent le plaisir et la fierté de vivre à Paris", a -t-il affirmé devant un parterre de soutiens.
 

Revirement sur la taxe sur les Gafa

Selon le Figaro, Mounir Mahjoubi aurait quitté le gouvernement de manière forcée alors qu'il entendait le quitter "jusqu'à la fin du mois de juin", moment où la commission d'investiture LREM doit se réunir.

Les raisons de cet supposé départ précipité sont plus floues. Elles proviendraient "d'une attitude jugée trop pressante" selon le même média. Elles pourraient aussi trouver leur origine dans une interview donnée à La Tribune (abonnés) publiée le 22 mars où il qualifiait la taxe sur les Gafa de "pire des solutions" alors qu'un projet du gouvernement entend la mettre en place en France. Trois jours plus tard, il la jugeait "très bonne, très juste et on en a besoin" sur BFMTV.

Après l'annonce de son départ du gouvernement, il annonçait sur Twitter : "En route pour un nouvel horizon. Paris doit donner sa chance à tous. #Paris2020", signe qu'il n'a pas renoncé à sa candidature. Il lui faudra l'emporter face à Benjamin Griveaux qui a déjà engrangé un ralliement, le sénateur de Paris Julien Bargeton qui était jusqu'à lors l'un des candidats annoncés à l'investiture LREM.

Sur le même sujet

Demago et le philharmonique de Radio France

Les + Lus