Plus de 60 ministres réunis en "pré-COP" à Paris

A trois semaines de la conférence de Paris, la COP21, des ministres d'une soixantaine de pays vont tenter pendant trois jours de donner un coup d'accélérateur aux négociations au cours d'une "pré-COP" organisée dans la capitale française.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Durant trois jours à compter de dimanche, les ministres de l'Environnement et de l'Energie d'une soixantaine de pays  participant aux négociations de la COP21 vont s'efforcer de réduire leurs divergences, encore nombreuses.


Une "pré-COP" pour faciliter l'accord final

L'objectif de cette réunion, la troisième du genre, "n'est pas de "renégocier le texte" issu de la dernière session de négociations à Bonn, en octobre, mais de "faciliter l'accord final" attendu à Paris en travaillant à des formules de compromis, a souligné vendredi Laurent Fabius, le futur président de la COP21.

Cette "pré-COP" est "une étape majeure", "c'est une espèce de répétition générale avant la conférence de Paris", a expliqué le ministre français des Affaires étrangères.

Limiter la hausse des températures sous la barre des +2%


L'accord espéré à la conférence de Paris (30 novembre-11 décembre) doit permettre de contenir la hausse du thermomètre mondial sous la barre des +2°C par rapport au niveau pré-industriel. Au-delà de cette limite, les scientifiques promettent des conséquences dramatiques sur les écosystèmes et les économies comme des inondations à répétition ou des sécheresses.

En octobre, durant leur ultime session de discussions avant la COP, les négociateurs de l'ONU ont approuvé un texte de 55 pages qui comporte encore de nombreuses options parfois contradictoires. "Les ministres doivent se saisir" de ce nouveau texte et "commencer à faire des choix clairs en vue de l'accord de Paris", souligne Jennifer Morgan, du World Ressources Institute.