Rixe lors de la Fête de la musique à Paris : quatre personnes dont deux militaires en garde à vue

Plusieurs personnes ont été blessées lors d'une rixe rue Didot dans le 14e arrondissement ce vendredi. Quatre personnes ont été interpellées, dont deux militaires.

Les policiers ont "séparé six personnes", selon une source policière. Cinq d'entre elles ont été blessées, dont l'une grièvement, et ont été transportées à l'hôpital.

"Le pronostic vital de la victime (atteinte par des coups de couteau) n'est plus engagé à ce stade", a précisé le parquet de Paris.

Quatre personnes ont été placées en garde à vue ce samedi, a indiqué le parquet. Une enquête pour "tentative d'homicide volontaire a été confiée au commissariat du XIVe arrondissement", a précisé le parquet.

"Quatre personnes sont actuellement en garde à vue" et "leur statut est en cours de vérification", a-t-il ajouté.

Un des militaires aurait sorti un couteau

Une source policière avait indiqué samedi matin que trois hommes, dont deux militaires, avaient été interpellés après cette rixe qui a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, vers 2h du matin.

Selon les premiers éléments, "deux militaires ont abordé une femme", a détaillé la source policière. S'en est suivie une altercation impliquant le compagnon et un ami de la femme.

"L'un des militaires a alors sorti un couteau" et a blessé "plusieurs personnes", a poursuivi la source.

Selon cette source, l'ami du compagnon figure parmi les personnes en garde à vue. "Les investigations se poursuivent notamment afin de déterminer le déroulement exact des faits et le degré d'implication de chacun des mis en cause", selon le parquet.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité