Sephora et l'obligation de fermer à 21h: "un risque de plonger les Champs dans l'obscurité commerciale"

Le président du comité Champs-Elysées, Jean-Noël Reinhardt, pointe le risque de «plonger les Champs Elysées dans l'obscurité commerciale», après la condamnation du parfumeur Sephora à fermer son magasin parisien des Champs-Elysées à 21H00 au lieu de 00H00.

© PhotosPQR/Le Parisien
« En baissant le rideau de Sephora à 21h00, puis ceux des autres entreprises qui seront contraintes de fermer ensuite, on plongera progressivement les Champs-Elysées dans l'obscurité commerciale », s'inquiète Jean-Noël Reinhardt, président du comité Champs-Elysées, qui compte 180 entreprises et commerçants adhérents.

Selon lui, cette décision paraît en « décalage par rapport aux enjeux de l'époque pour notre pays et la ville de Paris, tant elle est contraire aux intérêts particuliers des entreprises et des salariés ».

M. Reinhardt rappelle en effet que les commerces des Champs-Elysées réalisent en moyenne 20% de leur chiffre d'affaires le soir. « On parle donc d'une perte prévisionnelle de plusieurs centaines de millions d'euros de chiffre d'affaires sur une activité totale d'environ 1,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires", s'insurge le Président du comité des Champs.

Le tribunal a statué lundi sur la demande des syndicats du Clic-P (intersyndicale du commerce de Paris CGT, CFDT, FO, SECI, SUD et CGC), qui reprochait à Sephora d'ouvrir son magasin des Champs-Elysées jusqu'à minuit en semaine et jusqu'à 01H00 les vendredi et samedi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter