• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Piétonnisation des voies sur berges : la justice donne raison à la mairie

© Thomas Padilla/MaxPPP
© Thomas Padilla/MaxPPP

Le tribunal administratif maintient la piétonnisation des berges de Seine de la rive droite de Paris, portée par Anne Hidalgo. L’annulation du projet, demandée par des associations et des riverains, est rejetée par la justice.

Par PDB

Contestée par des riverains, mais confirmée par la justice. La piétonnisation des voies sur berges, effective depuis l’été sur la rive droite de la capitale, est confirmée par la justice. Le tribunal administratif de Paris rejette la procédure en référé lancée par deux associations et 11 riverains, ce lundi.

Partie civile au dossier, les opposants au projet demandaient l’annuler l’arrêté officialisant la fermeture de la voie Georges-Pompidou sur 3,3 km aux voitures, publié à la mi-octobre.
Dans son ordonnance, le juge estime que « les arguments des requérants ne permettaient pas de caractériser un doute sérieux quant à la légalité de ce projet pouvant justifier sa suspension ».

Le représentant des associations et des riverains, Me Jean-Baptiste Iosca, revendiquait ce lundi que la fermeture des voies sur berges aux voitures entrainait « impact sur la circulation automobile » ailleurs dans la capitale, en entraînant « plus de bruit et de pollution » sur certains secteurs.

Un nouvel échec en justice pour les opposants

La réponse du juge : « La réduction à terme de la circulation automobile, de la diminution de la pollution de l'air, de la mise en valeur des berges de la Seine, inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, et du développement de l'attractivité touristique » constituent l'intérêt de la piétonnisation.

Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris chargé des transports et de l'espace public, se réjouit du rejet du recours par le tribunal administratif sur Twitter :
La maire de Paris Anne Hidalgo, qui porte le projet, juge elle que la décision démontre « point par point » que la piétonnisation des berges « a été prise dans le respect du droit et dans l'intérêt public ».

La décision du juge marque un nouvel échec pour les opposants au projet. Nathalie Kosciusko-Morizet, présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris, avait également tenté un référé au début du mois de septembre, sans succès.

A lire aussi

Sur le même sujet

Au sud de Paris, la ligne 14 doit relier les Olympiades à l'aéroport d'Orly avant les Jeux Olympiques

Les + Lus