Pour Wallerand de Saint-Just, le recours du PS 93 pour les régionales en Île-de-France est “bidon”

© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP

Jeudi 7 janvier, on a appris qu'un recours sur la sincérité des élections régionales en Île-de-France avait été déposé par un élu PS de Seine-Saint-Denis. En cause le bulletin de vote de Wallerand de Saint-Just. Pour le candidat du FN en Île-de-France, ce recours est "bidon".

Par Daic Audouit

Wallerand de Saint-Just avait-il le droit de mettre le nom de Marine Le Pen sur le bulletin de vote des listes FN-RBM aux élections régionales en Île-de-France ?

Non, pour Jean-Paul Lefevbre, élu socialiste de Noisy-le-Sec. Il a déposé un recours au Conseil d'Etat pour annuler les élections de décembre dernier. Il s'appuie sur l'article R 30 du code électoral. Il y est écrit que "les bulletins ne peuvent pas comporter d'autres noms de personne que celui du ou des candidats ou de leurs remplaçants éventuels".

En attendant, Valérie Pécresse reste députée

Pour Wallerand de Saint-Just, chef de file du FN à ces élections, ce recours est "bidon". Il a publié un communiqué ce vendredi matin. Il s'appuie sur le memento à destination des candidats que l'on trouve sur le site du ministère de l'Intérieur.

Le candidat du FN, qui est également avocat, même s'il a pris sa retraite, cite le passage suivant : "Il est possible de mentionner dans le titre de la liste le nom d’une personne non candidate dès lors que ce nom figure bien dans le titre de la liste tel qu’enregistré lors du dépôt de déclaration de candidature".

Sur son compte Twitter, Jordan Bardella, conseiller régional du FN, ancienne tête de liste dans le 93, réagit de façon plus ironique.


De son côté Valérie Pécresse, citée par nos confrères du Parisien, ne semble pas trop inquiète puisque les bulletins avaient été validés en amont par une commission. 

Néanmoins, elle reste prudente. Elle retarde le moment de démissionner de son mandat de députée des Yvelines. Elle ne le fera que lorsque son élection sera définitivement validée. 

En 2004, un bulletin "​Copé-Sarkozy"

A noter qu'aux élections régionales de 2004, sur le bulletin de vote des listes conduites par Jean-François Copé, le nom de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur était présent presqu'en aussi gros caractères. Aucun recours n'avait été déposé, mais André Santini, adversaire centriste s'en était ému

A lire aussi

Sur le même sujet

suivez les élections régionales sur France Info

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Journée de chasse en Seine-et-Marne

Près de chez vous

Les + Lus