• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

A Roissy et Orly, les taxis menacent de bloquer les aéroports contre le « racolage » des VTC

Un taxi roulant à proximité de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP
Un taxi roulant à proximité de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP

Mardi prochain, les taxis manifesteront à Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle pour protester contre le « racolage persistant » des faux taxis et des chauffeurs VTC. A l'entrée et à la sortie des aéroports, ils menacent aussi de mettre en place des barrages filtrants.

Par France 3 Paris IDF avec AFP

Si vous comptez prendre un vol à partir de Roissy-Charles-de-Gaulle ou Orly mardi 20 janvier, prévoyez quelques perturbations. Une large intersyndicale de taxis parisiens appelle en effet les chauffeurs à manifester au cours de la journée dans les aéroports franciliens, contre le « racolage persistant » des VTC et des faux taxis.

Première action : les chauffeurs comptent d’abord « fermer les bases taxis », pour prendre directement en charge les clients à l'intérieur et à la sortie des terminaux. Deuxième opération, prévue dans le cas où ils n’obtiendraient pas satisfaction : les taxis menacent même de mettre en place des barrages filtrants à l'entrée et à la sortie des aéroports.

Les taxis « gilets bleus », pas suffisants selon les syndicats

Pour mener la manifestation, un préavis reconductible dans l'enceinte des deux aéroports parisiens a été déposé par un ensemble de syndicats et d’associations de taxis (CFDT, CGT, Elite, Gescop, FTI 75, FO, SUD Taxi, Taxi de France et UNTP).

Le but étant, selon Adil Karami (un représentant de SUD Taxi) de dénoncer « le racolage dans les terminaux par des faux taxis, qui sont soit des chauffeurs VTC, soit des gens qui viennent avec leur voiture personnelle ».

Les taxis contre le « racolage électronique » des chauffeurs VTC

Si le gestionnaire d’Orly et Roissy, Aéroports de Paris, propose déjà des « gilets bleus » – des taxis installés à l’intérieur des terminaux pour communiquer auprès des voyageurs –, les syndicats et les associations regrettent que « la chasse aux racoleurs » ne soit pas suffisamment assurée par l’organisme.

Les taxis critiquent donc la « mauvaise gestion » des zones d'attente, mais aussi le « racolage électronique » effectué selon eux par certains chauffeurs VTC, qui attendraient sans autorisation dans l'enceinte de l'aéroport.

Sur le même sujet

Le Val-d'Oise est l'un des 13 sites pilotes de Service National Universel

Les + Lus