Agression de surveillantes à la prison de Meaux : les caméras de surveillance à l'entrée étaient factices

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cécilia Sanchez
L'entrée de la prison de Meaux-Chauconin, en Seine-et-Marne (77)
L'entrée de la prison de Meaux-Chauconin, en Seine-et-Marne (77) © MaxPPP

La justice comptait s'appuyer sur la vidéo-surveillance pour retrouver le ou les coupables de la tentative d'assassinat de 2 surveillantes de la prison de Meaux, dimanche 17 janvier. Ce ne sera pas possible puisque les caméras du parking étaient factices ou n'ont rien enregistré. 

Dimanche 17 janvier, vers 7h30 le matin, sur le parking de la prison de Meaux, une voiture a foncé sur 2 surveillantes qui prenaient leur service. Les deux fonctionnaires sont saines et sauves mais l'une a été grièvement blessée. 

Le véhicule a pris la fuite et une enquête a été ouverte pour tentative d'assassinat ainsi qu'un appel à témoin lancé. Cependant, si la justice comptait s'appuyer sur des vidéos de l'agression, elle a vite déchanté. Selon RTL, il y a bien des caméras, mais certaines sont factices et d'autres n'ont rien enregistré. La gendarmerie n'a donc pas d'images sous la main pour l'aider à retrouver le ou les individus. 

 VOIR aussi : A Meaux, une voiture fonce sur deux surveillantes

Les gardiens de la prison réclamaient des caméras de surveillance sur le parking, "un combat perpétuel avec l'administration" témoigne un employé. 

Explications avec Valentine Ponsy, Virginie Delahautemaison, Isabelle Audin et Jean-Michel Levasseur :
durée de la vidéo: 01 min 18
Polémique autour des caméras factices de la prison de Meaux

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.