Disparition d’Estelle Mouzin : Michel Fourniret a reconnu le meurtre de la fillette

17 ans après la disparition d’Estelle Mouzin, le tueur en série Michel Fourniret a avoué le meurtre de la fillette, selon le parquet de Paris. Le corps de la victime n’a jusqu’ici jamais été retrouvé.
Michel Fourniret en mai 2008, à Charleville-Mezières (Ardennes), dans une voiture de la police (illustration).
Michel Fourniret en mai 2008, à Charleville-Mezières (Ardennes), dans une voiture de la police (illustration). © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
L’étau semblait se resserrer autour du tueur en série, ces derniers mois. Michel Fourniret, entendu par la juge Sabine Khéris, a reconnu jeudi avoir tué Estelle Mouzin, selon le parquet de Paris, confirmant une information du Point. Les auditions au tribunal judiciaire de Paris ont continué ce vendredi. Fin janvier, les soupçons à l'encontre de Michel Fourniret s’étaient renforcés dans l'affaire, après une nouvelle audition de son ex-épouse. Monique Olivier avait en effet assuré que l'« Ogre des Ardennes » avait selon elle bien tué la fillette, disparue en 2003 alors qu'elle rentrait de l'école à Guermantes (Seine-et-Marne), évoquant même de possibles « repérages » avant l'enlèvement.

Michel Fourniret, mis en examen pour « enlèvement et séquestration suivis de mort » depuis novembre 2019

De son côté, Michel Fourniret avait été mis en examen fin novembre pour « enlèvement et séquestration suivis de mort ». Il avait tenu des propos ambigus face à la juge. « Il est fort possible même très probable que j'ai été l'auteur de cette disparition mais je ne sais pas quoi vous dire », avait-il entre autres déclaré, assurant que rien ne faisait « tilt » dans sa tête lorsqu'on le confronte à une photo de la fillette. Le tueur en série, âgé de 77 ans, assure souffrir de pertes de la mémoire. Fin janvier, l'avocat du père d'Estelle Mouzin, Me Didier Seban, avait demandé que « de nouvelles fouilles puissent avoir lieu ». Le corps de la fillette n'a en effet jusqu'ici jamais été retrouvé.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
estelle mouzin faits divers criminalité police société sécurité justice michel fourniret