Cet article date de plus de 7 ans

Seine-et-Marne: début des forages à Jouarre où des riverains redoutent le gaz de schiste

Le pétrolier américain Hess Oil a commencé aujourd'hui à forer le sol à Jouarre (Seine-et-Marne) pour cartographier le sous-sol du bassin parisien, alors que des riverains redoutent qu'il s'agisse d'un préalable à l'exploitation du gaz de schiste.
© Norbert Cohen
Le pétrolier américain Hess Oil a commencé à forer le sol aujourd'hui à Jouarre (Seine-et-Marne) pour cartographier le sous-sol du bassin parisien, selon la société, alors que des riverains redoutent qu'il s'agisse d'un préalable à l'exploitation du gaz de schiste.
Six à huit ouvriers s'activaient à la mi-journée aux abords de la foreuse de la société, haute de 26 mètres et installée au milieu des champs dans la Brie, à environ 50 kilomètres de Paris. Des camions transportant de la boue, probablement pour préparer le sol, faisaient des aller-retour et environ toutes les 10 minutes, la tête de la foreuse perçait le sol et descendait sous terre.

Malgré plusieurs tentatives, un porte-parole de Hess Oil n'avait pu être joint par l'AFP en début d'après-midi.

Le groupe américain a affirmé la semaine dernière qu'il n'était pas dans la Brie pour pratiquer la fracturation hydraulique en vue de rechercher du gaz de schiste, interdite depuis 2011, mais pour cartographier le sous-sol du bassin parisien.
Les militants et riverains, dont plusieurs centaines ont manifesté samedi dernier à Jouarre ( Seine et Marne), jugent eux que les réserves sont connues après 50 ans d'exploitation pétrolière en région parisienne. Ils accusent Hess Oil de vouloir explorer la roche mère, qui renferme le pétrole ou gaz de schiste,  située bien plus bas que là où se forment les réserves de pétrole traditionnelles.
Pour Isabelle Lévy, du Collectif fertois, la société pétrolière veut mettre un pied dans la porte et passer à la fracturation hydraulique.

La cartographie du sous-sol parisien va permettre de localiser du pétrole pour lequel les techniques de production sont interdites, a admis le président pour la France de Hess Oil, Bertrand Demond. Mais la société, très active dans l'exploitation de gaz de schiste aux Etats-Unis, compte surtout découvrir du pétrole conventionnel dans des couches négligées jusque-là ou du pétrole de roche mère extractible sans fracturation.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement polémique