Interdiction des attroupements à Saint-Denis après la mort d'un adolescent

Les attroupements sont interdits dans l'espace public jusqu'à jeudi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). La mairie a pris cette décision après qu'un adolescent a été poignardé dans une station de métro mercredi soir.

"Tous regroupements et attroupements de personnes entraînant des occupations abusives, prolongées du domaine public portant atteinte à l'ordre et à la sécurité, sont interdits à compter de l'entrée en vigueur de cet arrêté et jusqu'au lundi 22 janvier à midi" sur toute la commune, est-il écrit dans un arrêté municipal "anti-regroupement".

L'arrêté ne concerne pas "les rassemblements dûment déclarés et autorisés, ni les terrasses des bars et restaurants", précise la mairie.

Dans les motivations de l'arrêté, la municipalité évoque le décès la veille de Sedan, collégien de 14 ans mortellement poignardé sur les quais de la station Basilique de Saint-Denis. Est aussi relevé un "contexte de vives tensions entre individus" sur l'ensemble de la ville depuis plusieurs jours.

Si les mineurs ne sont pas spécifiquement mentionnés dans l'arrêté, l'objectif est notamment d'éviter un "match retour", si l'hypothèse de rixes inter-quartiers se confirmait, assure la mairie.

L'adolescent est mort sur les quais du métro

Vers 19h45 mercredi, l'adolescent de 14 ans a été poignardé à mort sur le quai de la ligne 13 à la station de métro Basilique de Saint-Denis. Il a reçu un coup de couteau dans le dos et des coups de pieds et poings, selon une source policière.

Le garçon a été grièvement blessé avant de décéder sur place, malgré un massage cardiaque effectué par les pompiers.

"On a tous été choqués, effarés par la brutalité, le non-sens total de ce drame absolu que nous avons connu hier" mercredi, a déclaré le maire (PS) de Saint-Denis Mathieu Hanotin lors d'une conférence de presse.

"On est sur un phénomène qui démarre pour une raison que tout le monde ignore et qui continue parce que c'est la logique de l'escalade. Ce cycle d'escalade de la violence, il faut le casser", a ajouté l'édile.

En cinq jours, 36 personnes ont été placées en garde à vue et "12 le sont encore en ce moment même", précise un communiqué de la mairie de Saint-Denis.

Important dispositif policier

"Des dizaines d'équipages de police sont mobilisés (...) autour des établissements scolaires et des lieux fréquentés par les jeunes. Le mot d'ordre est de dissuader et d'être visible", a affirmé la commissaire de Saint-Denis Anouck Fourmigué, présente à la conférence de presse.

D'après une source policière, le dispositif policier déjà mis en place avant mercredi, et depuis renforcé, "vise à la fois les transports en commun et l'ensemble de la circonscription de sécurité publique de Saint-Denis". "Il y avait eu des rixes précédentes, pas sur le secteur de Basilique, des renforts étaient déjà déployés", a-t-elle ajouté.

Le maire a également invité les parents à "inciter les adolescents et jeunes à rester à domicile ces prochains jours en dehors des temps scolaires et activités périscolaires".

Un rassemblement en hommage au collégien sera organisé samedi à 11h sur le parvis de l'Hôtel de Ville.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité