La vitesse abaissée de 20 km/h sur l'A86 sur certains tronçons en Seine-Saint-Denis

Une expérimentation d'abaissement de la vitesse est prévue à Saint-Denis, La Courneuve et Aubervilliers cet automne a annoncé ce mardi la préfecture du département.

"Le projet prévoit d'abaisser la vitesse de 90 km/h à 70 km/h sur une section de 5 km de l'autoroute A86 Nord dans les deux sens de circulation, au niveau des communes de Saint-Denis, La Courneuve et Aubervilliers", a détaillé la préfecture de Seine-Saint-Denis dans un communiqué.

Équivalent du périphérique parisien pour la petite couronne, l'A86 est un axe routier particulièrement utilisé pour les déplacements inter-banlieues en Île-de-France. En Seine-Saint-Denis, l'autoroute passe au milieu d'une zone urbaine dense.

Cet abaissement de la vitesse était notamment réclamé par la ville de La Courneuve, qui a tenu en septembre une conférence de presse dans le fracas des voitures sur ce sujet, sur un pont au-dessus de l'autoroute.

"Historiquement, les couches populaires, la banlieue, ont toujours été maltraitées dans les projets d'aménagement. Nous avons toujours été la dernière roue du carrosse, celle qui ne comptait pas", déclarait alors son maire (PCF) Gilles Poux.

Expérimentation après les JO

Après une concertation publique ouverte jusqu'au 7 mai, l'expérimentation sur l'A86 devrait se tenir "au 4e trimestre 2024", après les Jeux olympiques (26 juillet-11 août), pour un bilan effectué en octobre 2025.

"Cette mesure devrait permettre une réduction de 40% des nuisances sonores pour les riverains mais également de l'accidentalité qui est supérieure à la moyenne sur cet axe, et ce sans impact significatif sur le temps de parcours", avance la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Selon le site de la concertation publique, la baisse de 90 à 70 km/h augmente le temps de trajet sur ce tronçon de 5 km de 50 secondes la nuit et entre 25 et 40 secondes en heures creuses.

Autre expérimentation sur l'A4 dans le Val-de-Marne

L'évaluation de l'efficacité de la mesure se basera sur le respect de celle-ci par les conducteurs ainsi que l'évolution de l'intensité des nuisances automobiles (bruit, pollution, embouteillages et accidentalité).

Une expérimentation similaire est programmée sur l'A4 dans le Val-de-Marne, à Saint-Maurice et Charenton-le-Pont.