Montreuil. Travailleurs migrants logés dans des locaux de l'Etat : la justice suspend la décision du maire

Le tribunal administratif de Paris a suspendu un arrêté de réquisition pris par le maire PCF de Montreuil, le 26 septembre dernier. Ce texte visait à reloger des travailleurs migrants dans des locaux appartenant à l'Etat, situés dans cette commune de Seine-Saint-Denis.
Les anciens locaux de l'Afpa, à Montreuil, où ont été relogés les résidents du foyer Bara.
Les anciens locaux de l'Afpa, à Montreuil, où ont été relogés les résidents du foyer Bara. © JULIEN DE ROSA/EPA/Newscom/MaxPPP
L'opération de réquisition avait été largement médiatisée. Le 26 septembre dernier, le maire PCF de Montreuil Patrice Bessac avait décidé de réquisitionner des locaux inoccupés, appartenant à l'Etat, afin de reloger des travailleurs migrants hébergés jusqu'à présent dans un foyer insalubre de la ville. 
 

Réquisition suspendue

La réquisition administrative, qui concernait 15.000 mètres-carrés de bureaux, anciennement occupés par l'Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes, a été suspendue par le tribunal administratif de Paris. Le préfet de la Seine-Saint-Denis avait en effet décidé d'attaquer l'arrêté municipal devant la justice. Depuis le 26 septembre, environ 200 travailleurs immigrés qui vivaient jusque-là au foyer Bara, dans des conditions dégradées par le mauvais état du bâtiment. Un foyer jugé "indigne" par Patrice Bessac, qui s'était rendu sur place, et avait diffusé des vidéos des locaux insalubres.

J'ai mal pour mon pays et pour ses institutions qui décident de mettre des centaines de travailleurs à la rue.

"Même si je prends acte des décisions du tribunal administratif de Paris, ce soir j'ai mal pour mon pays et pour ses institutions qui décident de mettre des centaines de travailleurs à la rue, ferment les yeux sur les conditions de vie indignes et dangereuses de centaines d'autres et laissent des milliers de mètres carrés vides en attendant des projets qui ne verront le jour que dans six ans", a déclaré le maire dans un communiqué.
 

Relogement provisoire

Le foyer Bara est un long feuilleton dans cette commune de l'Est parisien. Le sort des résidents fait l'objet d'un bras de fer entre la commune et l'Etat. La mairie ayant proposé le relogement provisoire des résidents du foyer Bara dans ces anciens locaux de l'Afpa, le temps de réaliser des travaux de réhabilitation du foyer.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immigration société logement